Mots-clés

Vous retrouvez ici les articles relatifs au tag "Réintégration"
Nombre d'articles trouvés: 14 (Article 1 tot 10)

Plus d’un travailleur sur cinq en congé de maladie déclare pouvoir travailler malgré tout

Près d’un tiers (32%) des travailleurs qui ont été absents pendant plus d’un mois pour cause de maladie disent qu’ils auraient pu et voulu travailler pendant au moins une partie de leur absence. Les principaux obstacles qu’ils ont rencontrés pour reprendre le travail plus rapidement sont un avis négatif du médecin (44%) et l’absence de possibilités de reprendre le travail progressivement (19%).

Le salarié belge est absent 21,6 jours par an pour cause de maladie

Les absences de longue durée sont particulièrement à la hausse et, ce sont surtout elles qui font augmenter la moyenne des jours de maladie, indique l’étude de Partena d’où provient ce chiffre. Cette augmentation intervient en dépit de tous les efforts consentis en ce qui concerne le « travail faisable et maniable » et la réinsertion des malades de longue durée.

Quatre facteurs pour une réintégration au travail réussie

Entre 2007 et 2017, le nombre de malades de longue durée a augmenté de plus de 50%, avec un impact majeur sur le budget de la sécurité sociale. À l’occasion d’un récent symposium, les Mutualités Libres ont réuni tous les acteurs concernées afin de débattre de solutions possibles. L’objectif: réduire de 20% le taux de personnes en invalidité d'ici 2025.

Réinsertion après maladie: la législation instaurée fin 2016 montre des effets positifs

Le nombre de Belges qui reprennent partiellement le travail chez leur employeur après une période d’absence pour cause de maladie ou d’accident a pratiquement doublé en l’espace de cinq ans. À l’heure actuelle, 1,92% des travailleurs malades reprennent progressivement le travail. Toutefois, d’importantes différences existent au niveau régional et entre grandes et plus petites entreprises.

Le plafond de l’absentéisme semble atteint

Les chiffres de l’absentéisme du premier semestre suggèrent, tout comme ceux de 2018, que l’absentéisme pourrait avoir atteint un plafond. Le pourcentage de maladie de longue et de moyenne durée est resté presque au même niveau, relève Securex. Le nombre d’absences de courte durée n’augmente pas lui non plus. Au premier semestre 2009, un peu plus de 7 travailleurs sur 100 étaient absents pour cause de maladie ou d’accident privé lors d’une journée de travail moyenne.

Les techniques post-traumatiques permettent un retour au travail deux fois plus rapide après un burn-out

C’est ce qu’a mis en évidence Elke Van Hoof, professeur à la VUB et psychologue en stress et traumatismes au Centre de Résilience. Le traitement qu’elle propose applique des techniques issues de la thérapie de trauma. Il permet aux participants de retourner au travail plus rapidement. Cette nouvelle thérapie pourrait, d’après la chercheuse, faire économiser 100.000 € par employé, si elle était appliquée de façon généralisée.

La réinsertion ne fonctionne pas (encore)

L’absentéisme pour maladie de moyenne durée a à nouveau augmenté en Belgique l’an dernier. En 2018, 2,31% de toutes les heures ouvrables n’ont pas été prestées par des travailleurs en maladie entre un mois et un an. Ces quatre dernières années, l’absentéisme pour maladie de moyenne durée a même augmenté de 12,7%. La législation de réinsertion entrée en vigueur en 2016 pour remettre plus rapidement au travail les collaborateurs en incapacité de travail après une période de maladie n’a pas engendré une baisse de l’absentéisme pour maladie de moyenne durée en Belgique.

Réintégration des malades de longue durée: le CNT émet des propositions d’amélioration

Le Conseil national du travail a émis un avis, une évaluation et des propositions d'amélioration en matière de réintégration des malades de longue durée. Il estime notamment que l’approche et la vision de la réintégration doivent être nettement plus positives. Le Conseil relève ainsi que la vision du « jobs deal » du gouvernement Michel en matière de réintégration au travail ne correspond pas à la sienne.

Favoriser le retour au travail des travailleurs expérimentés: une méthodologie à acquérir!

La ministre de l’Enseignement Marie-Martine Schyns veut combattre la pénurie d’enseignants en proposant aux préretraités de revenir au travail. Le Soir l’annonce: l’offre ne convainc pas. Le retour en emploi des « seniors » ne peut en effet se faire par seule bonne intention. Le gouvernement du Québec publie au même moment un Guide pour favoriser l’embauche, le maintien et le retour en emploi des travailleurs expérimentés.

Les conséquences d’un cancer peuvent constituer un handicap

Par un arrêt du 20 février 2018, la Cour du travail de Bruxelles a estimé que les conséquences d’un cancer peuvent constituer un handicap. Ceci a une implication importante pour les employeurs, dans la mesure où les causes de justification d’une différence de traitement sont plus restrictives lorsqu’il est question d’un handicap, indique le cabinet d’avocats Claeys & Engels.

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages