Mots-clés

Vous retrouvez ici les articles relatifs au tag "Maladie"
Nombre d'articles trouvés: 26 (Article 11 tot 20)

En 5 ans, l’absentéisme pour maladie de courte durée a augmenté de plus de 14%

L’absentéisme pour maladie de courte durée (absence sur le lieu de travail de moins de 30 jours) a augmenté de 14,4% au cours des cinq dernières années, indique Acerta. En 2018, 2,38% de toutes les heures ouvrables n’ont pas été prestées en raison de maladie de courte durée. Les plus petites entreprises ont deux fois moins de personnel absent pour une courte période de maladie que les grandes entreprises de notre pays.

L’absentéisme pour cause de maladie continue d'augmenter

Presque deux travailleurs sur trois (64%) ont été absents au moins un jour pour cause de maladie l’année passée. L'absentéisme pour cause de maladie en Belgique a continué d'augmenter pour atteindre en moyenne 12,6 jours par an en 2018. Cette augmentation est principalement due au taux d'absentéisme de longue durée qui a augmenté de 75% en dix ans.

Un travailleur sur huit s’est déjà porté malade sans l’être

Un travailleur sur huit (12%) en Belgique s’est déjà porté malade pour une raison autre que sa santé. C’est ce qui ressort d’une enquête de Securex. Deux tiers d’entre eux l’ont fait à une seule reprise et un tiers l’ont même fait à plusieurs reprises. Un membre de la famille malade, le besoin de récupération et la combinaison travail-vie privée sont les principales raisons invoquées.

La culture de l’absentéisme menace également les PME

Ces dernières années, les PME sont, elles aussi, confrontées de plus en plus à des absences de longue durée. Depuis la crise de 2008, le pourcentage de maladies de longue durée dans les PME a augmenté de 60% à 120%. Plus la PME est grande, plus les déclarations de maladie sont fréquentes. Le danger d’une culture de l’absentéisme menace donc de frapper aussi bon nombre de PME.

Les conséquences d’un cancer peuvent constituer un handicap

Par un arrêt du 20 février 2018, la Cour du travail de Bruxelles a estimé que les conséquences d’un cancer peuvent constituer un handicap. Ceci a une implication importante pour les employeurs, dans la mesure où les causes de justification d’une différence de traitement sont plus restrictives lorsqu’il est question d’un handicap, indique le cabinet d’avocats Claeys & Engels.

Réintégration: diminution de 31% de la rupture pour force majeure pour raisons médicales

Le nombre de ruptures de contrat pour motif de « force majeure pour raisons médicales » aurait diminué de 31% par rapport à 2016, d’après les chiffres communiqués par Acerta, sur base des données réelles de travailleurs en service auprès de plus de 40.000 employeurs du secteur privé. Une diminution que les auteurs de l’étude attribuent, au moins en partie, à la réglementation dont l’objectif est de favoriser la réinsertion des travailleurs en incapacité de travail.

Un an de réintégration: deux demandes sur trois débouchent sur une incapacité de travail définitive

Un an après l'entrée en vigueur du nouveau cadre légal pour la réintégration, Mensura dresse un bilan. Le nombre de demandes continue à augmenter, mais sur le terrain, elles ne mènent généralement pas à une reprise effective du travail. Autre constat: plus de la moitié des employeurs ne connaissent (toujours) pas la procédure et les obligations en la matière.

En moyenne, le Belge est malade 2,7 jours de plus qu'il y a dix ans

L'absentéisme pour cause de maladie a augmenté de 33% ces dix dernières années. En 2008, le travailleur belge était en moyenne absent 9,4 jours. En 2017, la moyenne a atteint 12,1 jours. Cette augmentation est principalement due à l'absentéisme de longue durée: en dix ans, le nombre de travailleurs absents entre un mois et un an pour cause de maladie a augmenté de près de 31,4%.

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages