Mots-clés

Vous retrouvez ici les articles relatifs au tag "Conjoncture"
Nombre d'articles trouvés: 19 (Article 1 tot 10)

Plus d’une entreprise sur deux est confrontée à une pénurie de main-d’œuvre

Les entreprises belges font état d’une solide reprise de leur chiffre d’affaires, celui d’octobre 2021 dépassant de 9% celui d’octobre 2019, d'après la Banque nationale de Belgique (BNB). Une importante hétérogénéité reste observée au niveau tant du secteur d’activité que de la taille des entreprises. Cependant, les contraintes d’offre que représentent les problèmes d’approvisionnement, la hausse des coûts des intrants et la pénurie de main-d’œuvre pèsent sur la reprise.

Le marché du travail résiste mieux qu’attendu

L'économie belge se remet plus rapidement que prévu de la crise sanitaire, mais la croissance économique devrait renouer avec une progression plus proche de la tendance dès 2023. Si la croissance de l'emploi subit un coup de frein au cours des années 2020-2022, l'impact sur le taux de chômage reste limité à moyen terme. Par contre, les finances publiques restent dans le rouge.

Quatre fois plus d’heures de travail perdues dans le monde à cause du Covid-19 que pendant la crise financière de 2009

Des signes d’une timide reprise économique se font toutefois jour à travers le monde sur le marché du travail, après les perturbations sans précédent qui ont marqué l’année 2020 en raison de la pandémie de Covid-19. C’est du moins ce qu’on peut lire dans le dernier rapport de l’Organisation internationale du Travail (OIT).

Tous les secteurs ne sont pas égaux face au Covid-19

Alors qu’on a assisté à une recrudescence du nombre de cas de coronavirus, l’économie craint déjà un second impact qui risque d’être fatal pour certains secteurs d’activités. Ceux-ci sont d’autant plus inquiets qu’ils étaient en train de retrouver des couleurs après la période de confinement des mois de mars, avril et mai.

L’OIT met en garde contre une reprise incertaine et incomplète du marché du travail

L’Organisation internationale du Travail (OIT) attire l’attention sur le fait que le nombre d’heures de travail perdues dans le monde au cours du premier semestre 2020 est largement supérieur à ce qui avait été prévu, tandis que la reprise hautement incertaine au deuxième semestre ne suffira pas à revenir aux niveaux antérieurs à la pandémie, même dans le meilleur des scénarios possibles. Le risque existe de voir se poursuivre les pertes d’emploi à grande échelle.

Le travail intérimaire soutient la reprise économique

On le sait: l’intérim est un bon baromètre de la situation du marché de l’emploi. En mai, signal positif: le nombre d’heures d’intérim prestées a augmenté de +22% par rapport au mois précédent. Cette hausse résulte d’une évolution positive dans les deux segments: le nombre d’heures prestées a augmenté de +18,68% du côté des ouvriers et de +26,11% du côté des employés.

Le nombre d’emplois vacants en Belgique en légère baisse

Au quatrième trimestre 2019, les entreprises belges offraient 139.420 emplois vacants, contre 140.950 au troisième trimestre de l’année dernière, indique Statbel, l'office belge de statistique. Le taux de vacance d’emploi — le nombre d'emplois vacants par rapport au nombre total d'emplois dans l'entreprise — a lui légèrement baissé de 3,44% à 3,39%. Les chiffres révèlent des disparités régionales.

Le taux d’emploi en hausse dans l’OCDE, mais en baisse dans notre pays

Le taux d’emploi de la zone OCDE – la part des personnes en âge de travailler ayant un emploi - était en hausse de 0,1 point de pourcentage au premier trimestre 2019, à 68,7%, hausse entièrement entraînée par l’augmentation du taux d’emploi des femmes. Le taux d’emploi est bien au-dessus du niveau du pic précédent pour la zone OCDE, la zone euro ainsi que pour la plupart des grands pays de l’OCDE, mais reste en-dessous du niveau du pic précédent pour les États-Unis.

Le chômage économique pour les ouvriers atteint un niveau historiquement bas

En 2018, à peine 0,60% des heures ouvrables n'a pas été presté en raison du chômage économique, indique Acerta. Toutefois, au dernier trimestre de l’année, le pourcentage de chômage économique est traditionnellement plus élevé mais, pour 2018, ce quatrième trimestre affiche un pourcentage plus élevé qu’en 2017, à savoir 0,86% contre 0,80%. Un signe que la croissance économique s’enlise?

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages