< Retour au sommaire

« Voir son travail valorisé n'a jamais été aussi important qu'en cette période de pandémie »

Plus d’un employé sur quatre (28%) reçoit moins de compliments quant à ses performances professionnelles qu'avant la crise sanitaire. Et une proportion comparable se sentent aussi moins valorisés dans le cadre de leur boulot. Pourtant, cette valorisation revêt encore plus d'importance en ces périodes de télétravail: elle motive davantage et rend plus productif.

C'est ce qui ressort d'une enquête réalisée par Protime, le spécialiste de la gestion du temps et du personnel, dans le cadre de l'Employee Appreciation Day, qui a lieu ce vendredi. Mille travailleurs belges francophones qui, depuis le début de la pandémie, travaillent souvent ou constamment depuis leur domicile, ont été interrogés.

Nous aimons tous recevoir des compliments pour nos performances professionnelles. Mais pour de nombreux employés, il est moins probable que cela arrive durant cette période de pandémie et de télétravail. Ainsi, 28% des employés indiquent qu'ils reçoivent moins de compliments pour la qualité de leur travail qu'avant le début de la crise. Plus de six personnes interrogées sur dix (63%) indiquent en recevoir à peu près autant tandis qu’un peu plus de 9% des télétravailleurs disent être plus souvent complimentés quant à leurs performances qu'avant la crise.

Toutes les semaines, près d'un tiers des télétravailleurs (37%) reçoivent une ou plusieurs remarques positives quant à leur travail. Sur l'ensemble des répondants, les trois-quarts (près de 77%) se voient complimentés au moins une fois par mois. Pour le dernier quart des télétravailleurs (23%), cette situation tient de l'imaginaire: ils ne profitent jamais d'un quelconque commentaire valorisant. De façon générale, les personnes interrogées préfèrent recevoir encouragements ou félicitations d'un supérieur hiérarchique (47%), d'un collègue (29%) ou de clients (17,5%). Pour 6,5% des répondants, de telles appréciations positives quant au travail effectué n'ont pas lieu d'être.

« Teams, Zoom et d'autres technologies peuvent quelque peu compenser l'absence de contacts informels au bureau, mais pas les remplacer, observe Lode Godderis, professeur de médecine du travail à la KU Leuven. C'est souvent à ces moments-là, autour de la machine à café ou pendant la pause de midi, que les gens mentionnent ce qui s'est bien passé. L'absence de ces retours d'information constructifs de la part de collègues et de supérieurs peut susciter le sentiment d'être moins apprécié au travail, ce qui peut entraîner une augmentation du stress et des plaintes pour 'burn-out' professionnel. Le fait que nous nous sentions moins appréciés est également lié à un cadre de référence nettement plus flou, ‘Est-ce que je travaille bien, est-ce que je fais correctement ce que l'on attend de moi?’. »

On n'est donc pas surpris que près de deux répondants sur trois (64%) aient souligné que les contacts informels avec leurs collègues leur manquaient. 46% des personnes interrogées considèrent même que les liens avec leurs collègues sont moins forts qu'avant le début de la crise sanitaire. Exactement le même nombre de répondants (46%) indiquent que rien n’a changé tandis que 9% indiquent avoir observé un renforcement des liens avec leurs collègues au cours des 12 derniers mois.

Une meilleure appréciation rend plus productif

L'impact d'une appréciation positive sur les performances professionnelles ne doit pas être sous-estimé. L'enquête montre qu’un peu plus de six répondants sur dix (60%) se sentent appréciés au travail. En revanche, près d’un tiers (33%) ne ressent pas cette appréciation. Les 7% restants ne peuvent pas répondre à cette question.

Sophie Henrion, porte-parole de Protime: « Cette appréciation pourrait être franchement améliorée. En cette période où le télétravail prédomine, il est clair que les employés veulent être coachés de façon continue et il est important et plus efficace de souligner quotidiennement ce qui va bien. Ce devrait être ancré dans la culture de chaque entreprise. L'enquête montre une corrélation directe entre l'appréciation et la motivation. En outre, cette approche aide les entreprises à conserver leurs talents et à devenir - et rester - une ‘Great Place to Work’. »

Plus de deux répondants sur trois (69%) indiquent que les personnes qui sont appréciées sont de facto plus motivées. En outre, le fait de se sentir valorisé pour ses performances professionnelles stimule l'implication dans le travail: selon 61% des répondants, cela les rend plus productifs.

 

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages