< Retour au sommaire

Une refonte des pratiques managériales sera nécessaire

S’ils sont massivement en faveur du développement du télétravail au sein de leur entreprise de façon pérenne (85%), les DRH français plébiscitent plutôt un modèle hybride mêlant présentiel et télétravail. Cette adoption du télétravail doit, selon 93% des répondants, s’accompagner d’une refonte du système managérial. Toutefois, les investissements nécessaires pour cette transformation semblent encore peu appréhendés par les DRH.

Ce sont les principaux enseignements qui ressortent d’une étude réalisée auprès de 458 DRH français sur l’organisation du travail dans la nouvelle réalité post-Covid. Avant le confinement, seules 8% des entreprises avaient développés le télétravail pour plus de 25% de leurs salariés. Dans un temps record, ces mêmes entreprises l’ont adopté pour près de 50% à temps plein.  Malgré les difficultés liées aux conditions du confinement (garde d’enfants, espaces de travail, etc.) largement soulignées dans l’enquête par les répondants, cette expérience forcée à grande échelle s’est révélée être un véritable accélérateur de tendance: 83% vont revoir à la hausse la part de postes éligibles au télétravail et 85% considèrent comme souhaitable le développement du télétravail de façon pérenne au sein de leur entreprise.

Cependant, seules 10% des entreprises envisagent un modèle où plus de 75% des salariés travailleraient plus d’1 jour par semaine en télétravail. Certaines activités pour lesquelles le télétravail n’était pas envisagé avant la crise ont réussi à se faire à distance (les call center ou la production). Néanmoins, les DRH s’orientent plus vers un modèle hybride: 60% des entreprises envisagent d’avoir plus d’un quart de leurs salariés en télétravail avec une moyenne de 2 jours par semaine.

Pour les DRH, les bénéfices recherchés sont avant tout:

  • Une meilleure réponse aux attentes des collaborateurs (93%)
  • Une augmentation de la productivité (64%)
  • Une réduction de l’empreinte carbone de l’entreprise (61%)  


Mais les DRHs sont aussi conscients des risques associés notamment sur le lien avec l’entreprise (88%) et la fracture sociale entre ceux qui sont éligibles et ceux qui n’en auront pas l’option (88%).

Des pré-requis nécessaires à la mise en place du télétravail

Les DRH sont aussi conscients que cette pratique nécessite des pré-requis:

  • La nécessité d’une refonte du système managérial pour 93% des DRH. Le rôle du manager est amené à évoluer pour clarifier les priorités, donner plus de sens, des objectifs clairs et atteignables et développer les équipes.
  • Une évolution des modes de travail vers plus d’autonomie du salarié (87%), plus de collaboration entre les équipes (59%) et de transparence (59%)

Certains enjeux liés à l’adoption du télétravail semblent moins appréhendés par les DRH comme la cybersécurité ou la refonte des critères d’évaluation de performance. Enfin, 57% des entreprises pensent que cette évolution ne supposera qu’une investissement financier mineur ou nul.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages