< Retour au sommaire

Un guichet pour demandeurs d’emploi ukrainiens

Actiris vient d’ouvrir un guichet spécifique pour les réfugiés ukrainiens en quête d’emploi en Région Bruxelles-Capitale. 328 sont déjà inscrits (à 83% des femmes) auprès de l’agence bruxelloise pour l’emploi. Mais Actiris s’attend à une forte croissance des demandes. Outre le nouveau guichet, un plan d’actions est aussi mis en place pour faciliter l’accès des demandeurs venant d'Ukraine sur notre marché du travail.

Il est difficile de prévoir avec exactitude le nombre de réfugiés en provenance d'Ukraine qui chercheront un emploi dans les semaines, mois ou années à venir. Toutefois, les estimations régionales évaluent actuellement que la demande d’emploi ou de formation pourrait grimper jusqu’à 5.000 chercheurs d'emploi supplémentaires à Bruxelles. Le plan d’actions pour accompagner ce flux comprend à ce jour :

- un nouveau guichet d’accueil, avec interprètes, au siège central d’Actiris.

- des cours de langues
​Une fois inscrits chez Actiris, les chercheurs d'emploi issus d'Ukraine pourront obtenir des chèques-langues pour suivre des cours de français et/ou de néerlandais.

- des places d'accueil pour les enfants
​Actiris dispose de quatre crèches à Bruxelles accueillant les enfants des chercheurs d'emploi. Cela permet aux parents d'accomplir leurs démarches ou se rendre à un entretien d'embauche.

- des employeurs qui disent #Welcome
​L’agence bruxelloise propose aux employeurs d'ajouter le #Welcome à leurs offres d'emploi. Celles-ci seront transmises aux partenaires en contact avec les primo-arrivants

- des actions positives
​Des solutions existent pour les employeurs qui souhaitent se montrer solidaires et engager des primo-arrivants, quelles que soient leurs nationalités. Ce public fragilisé sur le marché du travail peut bénéficier de mesures exceptionnelles à certaines conditions. L’exemple du projet IntegraJobs permettant l'engagement de 18 primo-arrivants dans le secteur en pénurie des soins de santé, pourrait inspirer d’autres secteurs.

-aides à l’emploi pour candidats en provenance d'Ukraine
Par exemple : ​L’employeur qui engage un chercheur d’emploi de moins de 30 ans ou un plus de 57 ans peut bénéficier de la formule Activa.brussels et déduire pas moins de 15.900 € sur 30 mois pour un contrat à temps plein + un incitant à la formation d’un montant maximal de 5.000 €. ; pour les chercheurs d'emploi entre 30 et 57 ans, une prime Phoenix.brussels pour l’employeur dont le montant s'élève à 800 euros par mois pendant une durée de 6 mois maximum.

Sur 35.000 réfugiés ayant transité par le centre d’accueil du Heysel, 1553 ont à ce jour demandé leur inscription au registre national, condition pour accéder au marché de l’emploi. 83% des demandeurs sont des femmes et 72% ont entre 25 et 50 ans. 68% ont un diplôme d’enseignement supérieur, dont la moitié avec des notions d’anglais et de français… Reste cependant un problème à résoudre : l’essentiel des diplômes obtenus en Ukraine ne sont pas reconnus en Belgique.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages