< Retour au sommaire

Trois fois plus d’indemnités de télétravail octroyées depuis le début de la pandémie

Le nombre d’employés qui perçoivent une indemnité de télétravail a triplé depuis le début de la crise du coronavirus, montre une analyse d’alerta sur un échantillon de 260.000 travailleurs au service de 40.000 entreprises du secteur privé. Ces indemnités constituent toutefois l’exception plutôt que la règle, car début 2021, seul 1,8% des employés belges en bénéficiait. Le montant moyen de l’indemnité est de 68 euros.

Un an après l’entrée en vigueur du télétravail obligatoire en raison du coronavirus, trois fois plus d’employés reçoivent une indemnité de télétravail. Près de 1,8% de l’ensemble des employés belges du secteur privé bénéficient d’une telle indemnisation pour le travail à domicile. En janvier et février 2020, ce nombre ne s’élevait encore qu’à 0,6%. Le montant moyen d’une telle indemnité atteignait en moyenne 68,51 euros en février 2021.

« Les employeurs peuvent octroyer à leurs travailleurs une indemnité de télétravail mensuelle allant jusqu’à 129,48 euros et étant exonérée d’impôts et de cotisations sociales, commente Laura Couchard, conseillère juridique. Pour les mois d’avril à juin 2021, ce montant est porté à 144,31 euros. Actuellement, la valeur moyenne de cette indemnité représente, avec ses 68 euros, plus ou moins la moitié du maximum légal. L’indemnité de télétravail ne concerne évidemment ‘que’ l’électricité, l’eau et le petit matériel de bureau. Ces postes sont pour l’instant à la charge du télétravailleur. Le télétravail en lui-même englobe d’ailleurs plus de choses que les éléments précités. Lorsqu’il est clairement apparu que le télétravail ne serait pas une question de quelques jours ou de quelques semaines, la demande d’une chaise de bureau décente et d’un second écran a également pointé le bout de son nez. Il est possible de s’arranger de différentes façons : un remboursement unique, une mise à disposition, un plan cafétéria, etc. L’enregistrement des indemnités de télétravail ne nous dit donc certainement pas tout. »

Le télétravail à peine enregistré

Selon les chiffres du télétravail enregistré pour février 2021, 6,6% des employés auraient travaillé depuis leur domicile. C’est dix fois plus qu’en février 2020. Néanmoins, ces chiffres ne disent pas tout. Seule une fraction du nombre total d’heures passées en télétravail est enregistré de manière structurelle par les entreprises. C’est pourquoi Acerta appelle les entreprises à consigner le télétravail – surtout après la crise du coronavirus – dans une plus grande mesure et avec plus de précision, afin de pouvoir aboutir à une politique de télétravail efficace.

« L’enregistrement du télétravail est le moyen par excellence de continuer à gérer le télétravail et son impact, précise-t-elle. Rien qu’en matière de mobilité : comment faire correspondre par exemple les indemnités vélo au télétravail si ce dernier n’est pas enregistré ? Cette méthode de travail hybride – qui devrait être la solution d’avenir – rend la situation de chaque collaborateur différente. Plus individualisée. Prévoir les bonnes indemnités pour les bons jours représente un grand défi pour les entreprises. Un enregistrement adéquat et réalisable du télétravail constitue donc la base et un élément qui figure dans l’agenda des employeurs avant-gardistes. Toutefois, une politique de télétravail fructueuse va naturellement au-delà du simple enregistrement des jours de travail à domicile. Il est essentiel d’établir une politique de télétravail reprenant les accords nécessaires ainsi que de former les dirigeants et leur fournir les outils adéquats pour diriger avec succès leurs équipes à distance et les maintenir motivées. »

 

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages