< Retour au sommaire

Recrutement: demandeurs d’emploi et entreprises s’orientent vers un nombre accru de canaux

Ces deux dernières années, les géants de la tech ont sensiblement renforcé leurs positions dans la mise en adéquation entre l’offre et la demande sur le marché du travail. À l’échelle mondiale, 25% des gens trouvent actuellement un emploi grâce à Google, 18% grâce à LinkedIn et 17% grâce à Facebook (contre encore 17, 13 et 11% en 2019). En Belgique aussi, les entreprises augmentent leur part, quoique de façon moins marquée.

De plus en plus de gens trouvent un emploi grâce à Google, LinkedIn et Facebook, indique Randstad Research, sur base d’une enquête portant sur 10.829 travailleurs (demandeurs d’emploi) qui, au moment de répondre au questionnaire (fin décembre, début janvier), avaient trouvé un emploi ou changé d’employeur dans les six mois qui précédaient. Pour la Belgique, il s’agit de 750 travailleurs (demandeurs d’emploi). Si l’évolution est plus marquée à l’échelle du monde qu’en Belgique, elle est également indéniable chez nous. Visiblement, cette tendance est défavorable aux réseaux personnels de relations et de références. Un constat qui vaut tant pour la Belgique qu’à travers le monde (de 26 à 18% pour la Belgique, de 31 à 25% pour le monde). Autre perdant mondial: les sites d’offres d’emploi (de 38 à 32%). Toutefois, ces derniers restent de loin le canal numéro un au niveau international, alors qu’ils détiennent en Belgique une part plus faible (16%), position qui reste en revanche inchangée dans notre pays (15% en 2019).

La position plus forte des géants de la tech ne semble pas porter préjudice aux intermédiaires publics et privés. À l’échelon mondial, la position des intermédiaires publics reste constante (de 12 à 13%), en Belgique elle est certes en recul de 28 à 23%, mais représente encore quasi le double de la part mondiale. Les intermédiaires privés progressent à l’échelon mondial (de 20 à 25% pour les agences de recrutement, de 17 à 19% pour les agences d’intérim). Si la position dominante des géants de la tech ne porte globalement pas préjudice aux intermédiaires publics et privés, c’est surtout parce que la plupart des emplois sont décrochés grâce à une combinaison de canaux. 

Conséquence importante de l’avènement d’autres canaux pour chercher et trouver un emploi: demandeurs d’emploi et entreprises s’orientent désormais vers un nombre accru de canaux. La plupart des emplois sont aujourd’hui dénichés grâce à une combinaison de canaux. Ceux qui trouvent un emploi grâce au VDAB, à Actiris ou au Forem le doivent aussi dans 32% des cas à Google, dans 40% des cas à une agence d’intérim et dans 39% des cas aux réseaux sociaux. Il existe une grande interconnexion entre les différents canaux. 

Nouveaux défis

L’essor des géants de la tech sur le marché du travail multiplie les nouveaux défis. Les services publics de l’emploi se voient, dans leur rôle de « directeurs de carrières » sur le marché du travail, confrontés à des acteurs d’un autre niveau que les traditionnels organismes privés d’aide à l’emploi. Ces géants font partie des cinq plus grosses entreprises au monde. Les rapports de force entre public et privé, qui avaient déjà clairement évolué en faveur des acteurs privés, ont désormais totalement basculé dans le camp privé. Une entreprise telle que LinkedIn possède davantage de données sur les carrières des actifs et demandeurs d’emploi que l’acteur public. Ce qui pousse d’ailleurs les autorités à réfléchir à la manière dont ces nouveaux acteurs pourraient participer à la politique du marché du travail, si tant est qu’ils le veuillent.

Même réflexion du côté d’autres parties prenantes comme les fédérations patronales et syndicales. Les nouveaux acteurs ne font pas partie du tissu socio-institutionnel et n’ont sans doute pas non plus l’intention d’y entrer. Les nouveaux acteurs constituent également un défi pour les intermédiaires privés tels que les agences de recrutement et d’intérim. Rien n’indique que la croissance de ces derniers se soit faite au détriment de leur part de marché mais aujourd’hui, c’est plus souvent en combinaison avec eux qu’elles comblent les postes vacants. 

L’impact de ces nouveaux acteurs sur le marché du travail est moins clair. Il n’est pas encore démontré à ce jour que la qualité de l’adéquation s’améliore sous leur influence. Pour la Belgique, nous pouvons en tout cas démontrer que la mobilité volontaire n’a pas progressé sous l’effet des nouveaux acteurs au cours de la dernière décennie. Si Google, LinkedIn et Facebook mobilisent déjà plus de personnes, il y a clairement des forces qui contrent cet effet. 

 

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages