< Retour au sommaire

Quel est l’impact de la crise sanitaire sur l’emploi en Wallonie?

À partir de mars 2020, la demande d’emploi s’est orientée à la hausse, après quasi six années de baisse successives jusqu’à descendre à moins de 200.000 personnes. L’ensemble des mesures rapidement prises par le Gouvernement et par le Forem lors de la crise ont permis de limiter cette hausse. Ainsi, en moyenne en 2020, la demande d’emploi en Wallonie est de 3 % plus élevée qu’en 2019.

Les plus fortes croissances à un an d’écart ont été constatées durant les mois de printemps 2020, pour atteindre un pic à + 7,8% en juin. La hausse s’est ensuite amenuisée de mois en mois, jusqu’octobre (+ 1,9%). Après un rebond à + 4,1% à un an d’écart en novembre, l’année 2020 s’achève sur une nouvelle hausse de la demande d’emploi, de + 2,6%. En moyenne sur l’ensemble de l’année 2020, la Wallonie aura compté 209.263 DEI. Ce nombre moyen est 3% plus élevé qu’en 2019, contrastant avec la tendance antérieure. En effet, depuis juillet 2014, les volumes mensuels des effectifs de DEI étaient chaque fois en diminution par rapport à l’année précédente.

Les demandeurs d’emploi inoccupés représentaient 13,1% de la population active wallonne. Or, ce taux de demande d’emploi moyen était de 12,8% en 2019.

En 2020, l’émergence du coronavirus et ses conséquences ont certes eu un impact sur le marché de l’emploi mais les mesures de soutien à l’emploi prises par les autorités ont joué leur rôle d’amortisseur face à une mauvaise conjoncture. Par exemple, le recours au chômage temporaire aura relativement préservé l’emploi salarié et évité un afflux plus important de chômeurs complets. Ainsi, on n’observe - en moyenne sur l’année 2020 - qu’une augmentation de 6.015 demandeurs d’emploi inoccupés par rapport à 2019.

La demande d’emploi a progressé sur base annuelle dans toutes les classes d’âge, surtout parmi les jeunes de moins de 25 ans, dont l’effectif est 5,3% supérieur à celui enregistré en 2019 en moyenne. La deuxième hausse la plus forte concerne les DEI âgés de 30 à moins de 40 ans (+ 3,7%).

L’évolution globale de la demande d’emploi entre 2019 et 2020 s’est traduite par des tendances plus contrastées selon la durée d’inoccupation des personnes inscrites. Dans un contexte de hausse des effectifs moyens, une évolution à la baisse de - 3,4% s’est manifestée parmi les personnes les plus récemment entrées dans la demande d’emploi (moins de 6 mois). L’effectif des DE inoccupés depuis 5 ans et plus s’est tassé entre les années 2019 et 2020 (- 1,1%). Entre ces deux extrêmes, les DEI ont vu leurs effectifs augmenter de + 13,3% pour les DE inoccupés depuis six mois à moins d’un an, + 6,2% pour les DE inoccupés depuis deux ans à moins de cinq ans et + 4,5% pour les DE inoccupés depuis un an à moins de deux ans.

Accompagnement instantané et stratégie de relance

Le Forem s’est régulièrement retrouvé face à des volumes importants de personnes nécessitant un soutien dans ce contexte de crise. Dès le premier confinement, le Service public wallon de l’emploi et de la formation s’est rapidement adapté et a mis sur pied l’accompagnement instantané. Dans les 48 heures suivant leur inscription, ces « nouveaux » demandeurs d’emploi se sont vu proposer une opportunité d'emploi ou à défaut, un service d'accompagnement rapide. Plus de 30 % des personnes qui ont bénéficié de cet accompagnement ont été remises à l’emploi. Et ce, sans porter préjudice aux demandeurs d'emploi déjà inoccupés depuis un certain temps ou des jeunes sortis des études l'été 2020.

Parallèlement, le Forem a rapidement déployé une stratégie de soutien à la relance à l'attention des employeurs, afin de fournir de la main d'œuvre aux secteurs dits « essentiels » et aux secteurs-clefs de l'économie wallonne. Enfin, le Forem a mis sur pied des formations adaptées – sur le fond et sur la forme - en réponse aux besoins émergents liés à la crise sanitaire.

La gestion des offres d’emploi en 2020

Sur l’ensemble de l’année 2020, ce sont près de 352.000 offres d’emploi qui ont été diffusées par le Forem (hors offres émanant des autres SPE), soit 15% de moins qu’au cours de l’année 2019. Notons qu’à ce chiffre s’ajoute la diffusion de 97.000 offres d’emploi pour les autres Services publics de l’emploi du pays. Ainsi au total, près de 449.000 offres en 2020 ont été publiées par le Forem, un niveau qui est inférieur à 2019 (534.000 offres diffusées).

Le volume d'opportunités d'emploi diffusées par le Forem est reparti à la baisse dès le début de la crise en mars 2020. C'est en mai que le recul a été le plus important (- 44% à un an d'écart) pour progressivement se résorber, particulièrement en septembre (- 5%). Fin octobre, pour juguler la deuxième vague d'épidémie, les autorités ont décrété un nouveau confinement « partiel », impliquant notamment la fermeture de l'Horeca, des magasins dits non essentiels (réouverts en décembre) et l'arrêt des métiers de contact (par exemple, salons de coiffure et de beauté). Ainsi, le recul des offres a été à nouveau important en novembre (- 30%).

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages