< Retour au sommaire

Près d’un Belge sur deux désire une interruption de carrière

Bien que le nombre de travailleurs ayant pris un crédit-temps ait baissé suite au durcissement de la loi entrée en vigueur en avril 2017, le besoin ressenti de lever temporairement le pied demeure aigu, par exemple pour prendre une pause, s'occuper de la famille ou se ressourcer au niveau professionnel. Sans surprise, les attentes varient sensiblement selon les générations.

Exécutée pour le compte du prestataire de services RH Tempo-Team, l'étude révèle que pas moins de quatre salariés belges sur dix aspirent à une interruption de carrière de quelques mois, voire à une année sabbatique. Les trois principaux motifs de prendre une pause carrière sont: réaliser un long voyage (56%), prendre ses distances du travail et des préoccupations quotidiennes (51%), se reposer et se ressourcer (32%). Avoir plus de temps pour élever les enfants et suivre des formations sont aux yeux des travailleurs deux autres arguments importants (respectivement 22 et 21%).


Cette étude marque également des écarts nets entre les générations de salariés actifs. Ceux de moins de 55 ans sont bien plus nombreux à désirer une interruption de carrière ou une année sabbatique. Les travailleurs de moins de 55 ans sont plus nombreux à vouloir s'occuper de leurs enfants. La jeune génération, surtout, aspire à réaliser un voyage lointain. « L'attente n'est pas toujours d'une pause très longue, car selon une majorité des travailleurs de Belgique, les vacances suffisent pour recharger les batteries et passer suffisamment de temps avec le conjoint, les enfants et les proches », précisent cependant les auteurs.

On ressent parmi les travailleurs un besoin très clair d'avoir suffisamment de temps pour soi à côté du travail, afin de réaliser d'autres objectifs. Ce qui importe à leurs yeux: la relation avec le conjoint et la famille, l'éducation des enfants, mais certains veulent réfléchir à leur avenir ou s'épanouir en suivant des formations. « Certes, le crédit-temps est toujours possible pour des raisons familiales ou pour des formations, mais sous certaines conditions seulement, conclut-on chez Tempo-Team. Pour ceux qui n'y ont pas droit, des mesures moins drastiques peuvent faire de grosses différences, par exemple le télétravail, des horaires flottants, des formations durant les heures de travail, assez de jours de congé. Car d'après une précédente étude, nous savons que les deux principales raisons pour lesquelles les salariés prennent congé sont d'une part le besoin de se reposer (73%), et d'autre part l'envie de passer plus de temps en famille (70%). »

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages