< Retour au sommaire

Moins d’absences de courte durée en raison du travail hybride

Ceux qui ont télétravaillé tous les trimestres durant la crise du coronavirus (64% du temps de travail en moyenne) ont connu une baisse de l'absentéisme de courte durée de 28% par rapport à 2019. Chez les employés qui ne pratiquaient pas du tout le télétravail, l'absentéisme de courte durée a, lui, augmenté de 6,6% en moyenne.

Les employeurs qui ont régulièrement organisé le télétravail pendant le coronavirus ont économisé en moyenne 1.500€ par travailleur par rapport aux employeurs qui n'ont pas organisé de télétravail, en raison d'un taux d’absentéisme de courte durée plus faible parmi leurs collaborateurs. C'est ce que révèlent les derniers chiffres de Securex, basé sur un échantillon de 15.839 employés ayant un contrat entre le 1er janvier 2019 et le 30 juin 2021 avec une entreprise qui enregistre le télétravail. Le travail hybride a réduit l'absentéisme de courte durée de plus de 25% en dessous du niveau ‘pré-corona’. Les employés qui ne recouraient pas au télétravail ont vu, quant à eux, leur taux d’absentéisme de courte durée augmenter de plus de 6%.

« Le télétravail permet de réduire le taux d’absence de courte durée, mais afin d’éviter les absences de longue durée, une politique de télétravail bien pensée est essentielle, explique Heidi Verlinden, Research Project Manager chez Securex. Nous soupçonnons, depuis un certain temps déjà, l'existence d'un lien entre le télétravail et la diminution du taux d'absentéisme de courte durée. Pour la première fois, nos chiffres le montrent. Il est assez étonnant de constater que le télétravail, même sporadique, fait des merveilles sur l'absentéisme de courte durée : même les personnes qui télétravaillent en moyenne moins d'un jour par semaine connaissent une diminution de 10% du taux d’absentéisme de courte durée. Les obstacles typiques du travail à domicile, tels que les maux de dos, des épaules et du cou, l'isolement et les conflits entre travail et famille n'ont donc pas d’impact majeur sur l'absentéisme de courte durée. »

Selon la chercheuse, l'explication de la baisse de l'absentéisme de courte durée chez les télétravailleurs est double: « D'une part, le télétravail permet de réduire le risque d'infections sur le lieu de travail. La grippe (intestinale) classique, les rhumes et autres maladies infectieuses ont été beaucoup moins présentes cette année. En outre, le télétravail offre davantage de possibilités de continuer le travail en cas de certains problèmes de santé, comme un rhume ou une jambe cassée. Cependant, dans certains cas, ce présentéisme peut augmenter le risque d'absentéisme de longue durée: une politique de télétravail bien pensée est donc essentielle pour prévenir les absences de longue durée. »

Le télétravail: occasion d’économiser?

Les employeurs ont récemment pu réaliser d'importantes économies d'énergie et d'espace de bureau grâce au télétravail. Il permet également de réaliser des économies supplémentaires car il réduit l'absentéisme de courte durée: en effet, les employeurs qui ont régulièrement organisé le télétravail pendant la crise liée au coronavirus ont économisé en moyenne 1.500 € par travailleur par rapport aux employeurs qui n'ont pas organisé de télétravail (375 € de coût direct sur le salaire garanti et 1.125 € de coût indirect dû à 1,5 jour d'absentéisme de courte durée en moins lors du second semestre 2020 et du premier semestre 2021 par rapport à toute l'année 2019).

 

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages