< Retour au sommaire

Malgré la pandémie, le personnel occupé a augmenté dans certains secteurs

Ce sont surtout les entreprises des secteurs informatique (+4,2%), agricole et horticole (+4,1%) et des professions libérales (+2,4%) qui emploient davantage de personnes qu’un an auparavant. L’horeca (-16,4%) ainsi que les secteurs de la culture (-11,7%) et de l’intérim (-9,8%) enregistrent les baisses les plus importantes.

Pour ce calcul, Acerta se base sur le nombre de contrats de travail à durée déterminée et indéterminée signés dans 27.000 entreprises. Les entreprises actives dans le « transport et le stockage » (+2,2 %) et la construction (+1,5 %) complètent le top cinq. « L’année du coronavirus a été difficile pour de nombreuses entreprises, commente Olivier Marcq, juriste chez Acerta. Il y a cependant également des secteurs qui ont procédé à des recrutements supplémentaires en 2020, comme celui de l’informatique qui a été boosté puisque bon nombre de sociétés ont étendu (voire lancé) leurs canaux numériques. Le secteur ‘agricole et horticole’ a également connu une croissance de son personnel, mais il s’agit ici surtout de contrats de travail temporaires. Les différentes mesures prises par le gouvernement pour limiter les conséquences de la pandémie de coronavirus sur la production alimentaire expliquent probablement cette augmentation : d’une part, le nombre de jours de travail saisonnier a été doublé et d’autre part, les personnes au chômage temporaire et en RCC (régime de chômage avec complément d'entreprise) ont bénéficié de la possibilité de combiner le travail en tant que saisonnier dans ce secteur au maintien de l’allocation. »

L’horeca et la culture sont les grands perdants

Pas de surprise au niveau des diminutions: l’horeca présente la récession la plus forte avec une réduction des effectifs de 16,4% et il est suivi par les secteurs de la culture (-11,7%) et de l’intérim (-9,8%). « À première vue, nous ne constatons pas de différences significatives entre les différentes régions, note-t-il. Nous remarquons cependant que la Flandre occidentale est la zone où la baisse en pourcentage est la plus importante. Cela n’est pas totalement illogique, car l’horeca à la côte belge dépend davantage du travail flexible saisonnier, qui a été fortement restreint en raison du coronavirus. La diminution observée dans ce secteur concerne surtout les travailleurs flexi-jobs et les jobs étudiants. Les travailleurs fixes sont généralement mis au chômage temporaire et conservent donc leur contrat de travail. »

 « La crise du coronavirus fait mal à de nombreuses entreprises, conclut Olivier Marcq. Néanmoins, des solutions existent, comme l’occupation temporaire de travailleurs auprès d’un autre employeur. L’employeur conserve ainsi ses collaborateurs talentueux, ces derniers se voient offrir un nouveau défi temporaire et vivent une nouvelle expérience, et l’entreprise peut rapidement refonctionner à plein régime en comptant sur la totalité de son personnel en cas de meilleures perspectives. Acerta dispose d’ailleurs d’une plateforme, appelée “Bridge”, sur laquelle peuvent s’inscrire des entreprises qui souhaitent prêter temporairement leur personnel ou qui ont besoin de main-d’œuvre supplémentaire à un moment donné. »

 

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages