< Retour au sommaire

Les syndicats font-ils (vraiment) une différence?

Ces jours-ci, 1,7 million de travailleurs choisissent leurs représentants dans les organes de participation syndicale sur leur lieu de travail à l’occasion des élections sociales. Mais ce choix fait-il réellement une différence pour les travailleurs, ou n’est-il que purement symbolique? C’est ce qu’ont exploré des chercheurs de l’HIVA-KULeuven, en collaboration avec la CSC. Les résultats sont pour le moins interpellants!

La recherche combine une analyse documentaire d'études empiriques récentes sur l'effet de la participation des travailleurs au niveau organisationnel, ainsi que des analyses basées sur l'enquête auprès des managers de la quatrième édition de l'European Company Survey (ECS) récemment publiée, plus des données d'enquête propres collectées auprès des travailleurs belges. Préalable important: isoler et généraliser l'effet causal des syndicats au niveau de l'entreprise, quel que soit le contexte organisationnel ou national, constitue un exercice difficile, observent les auteurs.

Influence limitée des employés

Tant les représentants des travailleurs que les managers indiquent dans les enquêtes que l'influence de la représentation des travailleurs sur les décisions de la direction est plutôt limitée. Les représentants des travailleurs ont plus d'influence sur des sujets tels que la sécurité au travail et le temps de travail que sur des sujets tels que la stratégie de l'entreprise. Par exemple, 66% des managers d'entreprises belges déclarent que les représentants des travailleurs n'ont pas ou peu d'influence sur le temps de travail. Et 85% d'entre eux disent que ces derniers n'ont pas ou peu d'impact sur les licenciements.

Impacts attendus pour la Belgique

Sur la base des conclusions récurrentes de la littérature scientifique, les chercheurs s'attendent à ce que la représentation des travailleurs au niveau organisationnel dans le contexte belge ait un impact sur la sécurité au travail, les performances (financières) de l'entreprise, la formation des travailleurs, la sécurité de l'emploi et aussi, indirectement, sur la société (par exemple en matière d’inégalité, sur la démocratisation et sur la responsabilité sociétale des entreprises). L'impact sur les rémunérations est ambigu car, dans notre pays, les accords salariaux sont plus susceptibles d'être conclus au niveau sectoriel. On peut noter que l'influence de la représentation des salariés sur, entre autres, les performances financières de l'entreprise et la formation des salaires a reçu plus d'attention dans la littérature que l'influence sur d'autres domaines tels que la qualité de l'emploi et la société dans son ensemble.

Que pensent les travailleurs?

La comparaison, basée sur l'enquête auprès des travailleurs, entre les lieux de travail avec et sans présence syndicale, révèle des effets attendus et inattendus de la représentation des travailleurs. Par exemple, la présence de représentants syndicaux a un effet positif sur la possibilité de recevoir une formation, sur la connaissance que les travailleurs ont de leurs droits et avantages, et sur l'exercice effectif des droits collectifs du travail. Les travailleurs des organisations ayant une représentation du personnel déclarent également qu'ils sont plus confiants dans le fait que la qualité de leur emploi ne se détériorera pas à l'avenir. Aucun effet n'a été constaté sur la satisfaction en matière de rémunération, d'heures supplémentaires et de travail à des moments non sociaux, d'équilibre entre vie professionnelle et vie privée et de crainte de perdre son emploi.

Qu'en pensent les managers?

Les données issues de l'ECS ne reflètent toutefois pas ces enseignements. Après avoir vérifié la taille et le secteur de l'entreprise, il ne se marque pas de lien entre, d'une part, la présence de structures de participation telles que les CE ou les CPPT et, d'autre part, certaines pratiques de gestion de l'entreprise (par exemple, la sécurité de l'emploi, l'innovation (numérique), le travail en équipe, l'autonomie, la formation, la motivation des employés et la relation entre les employés et les employeurs). Sont-ils vraiment là? Ce point pourrait faire l'objet d'une enquête plus approfondie. Les personnes interrogées pourraient très bien (inconsciemment) sous-estimer le lien de cause à effet, par exemple.

Source: Hermans M., Desiere S. & Lenaerts, K. (2020). Maakt de vakbond het verschil? Effecten van werknemersvertegenwoordiging op organisatieniveau(pp. 101). Leuven: HIVA –KU Leuven
Une synthèse en français est accessible via ce lien.

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages