Advertisement
< Retour au sommaire

Les leçons de 6 mois de télétravail à marche forcée

En raison de la crise de la Covid-19, les autorités ont obligé les entreprises à instaurer le télétravail au maximum. Une enquête menée par SD Worx auprès de plus de 500 employeurs tire les principales leçons et recommandations de cette mise en place accélérée. Deux leviers essentiels: les managers et le management by objectives.

Le top cinq des recommandations pratiques des employeurs qui ont appliqué le télétravail comprend deux points d’attention concernant les collaborateurs et les managers: environ quatre employeurs sur dix voient un intérêt à former les collaborateurs et les managers, et la moitié d’entre eux veulent les informer et les impliquer à l’avance. Il s’agit de points importants, en plus du fait d’« instaurer une culture de confiance » et d’assurer une certaine « clarté via une politique assortie de dispositions ». Plus l’entreprise est grande, plus ces points sont mis en évidence.

Facteurs de succès au début du télétravail selon les employeurs belges

  • Établir une politique en matière de télétravail (65,8%)
  • Cultiver la confiance à l'égard de la culture d'entreprise (62,6%)
  • Informer et obtenir au préalable l'adhésion des collaborateurs et des managers (47,5%)
  • Adapter le télétravail à la politique de mobilité au sens large (43%)
  • Conseiller et former les collaborateurs et les managers (40,6%)

Les principales recommandations sont plus ou moins les mêmes dans les trois régions de Belgique (même si l’ordre peut légèrement différer). La Wallonie met un peu plus en avant l’étude sur la « possibilité de télétravail »; Bruxelles (et la Flandre) insiste(nt) sur l’harmonisation avec la politique mobilité et la Flandre insiste sur le fait d’avoir une bonne vision des réticences.

Convaincre et coacher

À l’heure actuelle, une minorité d’employeurs ne proposent pas de télétravail: il s’agit de moins de deux employeurs sur dix. Ce groupe estime également que la clé du succès dépend des managers: selon eux, il convient de convaincre et de coacher ces derniers pour mettre en place le télétravail. La gestion à partir d’objectifs, et non sur la base de la présence, constitue une étape qui n’a pas encore été franchie partout.

Les employeurs flamands (sans télétravail) craignent plus que les entreprises wallonnes et bruxelloises que le télétravail réduise la collaboration en équipe et l’harmonisation du travail. « Mais on peut également progresser dans ce domaine. Des solutions existent, telles que des formations, spécifiquement en matière de leadership et de collaboration à distance, sans perdre le contrôle: un cinquième des employeurs belges indiquent travailler sur ces points, même si les tendances diffèrent d’une région à l’autre. Un employeur bruxellois sur trois le prévoit; en Flandre et en Wallonie, la proportion est moins élevée avec respectivement un quart (24%) et moins d’un cinquième en Wallonie (18%). Les organisations œuvrent avant tout à assurer leur support ICT », souligne SD Worx.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages