Advertisement
< Retour au sommaire

Les impôts des travailleurs belges baissent, mais restent parmi les plus élevés d’Europe

Cette année, lees travailleurs belges ont fêté leur « Journée de libération fiscale » 23 jours plus tôt qu’en 2013 et bénéficient d’un supplément de salaire net annuel de près de 4.500 euros. Ils se placent néanmoins toujours en troisième position parmi les travailleurs les plus imposés dans l’UE, après les français et les autrichiens.

Les données, qui sont issues de l’application d’une méthodologie cohérente dans tous les pays, reflètent les réalités fiscales vécues par les personnes réelles en activité. Jusqu’à une date récente, les Belges étaient les travailleurs les plus coûteux à recruter dans l’UE; en 2020, cela coûte moins cher aux employeurs d’embaucher en Belgique qu’en Allemagne, aux Pays-Bas, en Autriche ou au Luxembourg, et pourtant les Belges sont toujours classés 10e en matière de rémunération nette.

Pour un travailleur moyen, un employeur en Belgique dépense 2,01 euros pour 1 € de salaire net après impôts, une baisse après un pic de 2,34 euros en 2013. Le « taux réel d’imposition » d’un employé belge (TVA comprise) est maintenant de 53,8%, par rapport à une moyenne de 44,7% pour les 28 pays de l’UE.

Le gouvernement belge prélève 32.129 € sur le salaire d’un travailleur belge moyen (estimation de la TVA comprise), le 2e chiffre le plus élevé en Europe, mais les services de ce gouvernement ne sont pas à la hauteur. Parmi les 28 pays de l’UE, la Belgique se classe 10e en lecture, 9e en science, et 6e en mathématiques dans les classements PISA de l’OCDE de 2018 des systèmes éducatifs, 10e dans le Rapport mondial sur le bonheur 2019 des Nations Unies, 11e (dernière place) dans les classements de The Economist concernant la réponse à la crise du coronavirus

Virage fiscal

« Le ‘virage fiscal’ est maintenant une réalité et les résultats sont positifs: une faible inscription au chômage et un pouvoir d’achat en hausse, commente le co-auteur de l’étude, James Rogers (Institut économique Molinari). Pourtant, les Belges n’obtiennent pas une valeur convenable de la part de leur gouvernement: les travailleurs ailleurs en Europe payent des impôts plus bas tout en bénéficiant en retour de meilleurs soins de santé, d’une meilleure éducation et d’un bien-être supérieur. »

La « Journée de libération fiscale » correspond au jour du calendrier civil où un travailleur cesse en théorie de travailler pour payer des impôts à l’État et commence à conserver ses revenus. Les données du calendrier reflètent la réalité vécue par des personnes réelles en activité dans l’Union européenne et le véritable coût du recrutement des employés dans chaque État.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages