< Retour au sommaire

« Les impacts de la crise du Covid-19 sur les habitudes de travail révèlent un état de fatigue très préoccupant »

Après deux mois de lutte contre le Covid-19, la fatigue est grande. L’épuisement guette. C’est ce que montrent les premiers résultats de l’enquête de l’Observatoire du CREDIR. « Les prochains mois sont inquiétants car nos vies vont continuer à être compliquées tant que le virus rode sans vrai traitement et sans vaccin, avertit son fondateur, Jean-Denis Budin. Être épuisé, c’est avoir une immunité réduite et être plus sujet aux attaques de ce virus. »

Cet épuisement joue aussi sur l’état de nos cerveaux qui fonctionnent moins bien (erreurs cognitives, irritabilité, etc.), souligne Jean-Denis Budin. « Avec des vacances d’été qui vont être pleines de contraintes, avec de nombreuses entreprises fragilisées, nous craignons que ce problème d’épuisement perdure, et que les conséquences soient lourdes en matière d’arrêts maladie et d’affaiblissement des équipes. »

L’Observatoire du CREDIR a été constitué pour analyser les comportements des professionnels pendant cette période de crise. Plus de 700 professionnels ont répondu à son premier questionnaire hebdomadaire, une enquête de fond sur leur Qualité de vie Globale (QVG). Ce concept inclut Santé, Qualité de Vie au Travail (QVT) et Télétravail (QVTT) et Qualité de vie Hors Travail (QVHT).

Résultats? 38% des répondants disent travailler plus depuis le début de la crise (et à 81% pour des problématiques Covid). 46% sont connectés plus de 4 heures par jour (29% plus de 6 heures). Seuls 13% des répondants n’ont aucun problème de sommeil, et une même proportion n’ont aucun problème de mémoire. 62% font état de difficultés de concentration.

« On a toujours tendance à sous-estimer les conséquences physiques et psychologiques de l’épuisement, observent les auteurs de l’enquête. Les défenses immunitaires sont amoindries, ce qui en cette période de pandémie accroît le risque, et le confinement engendre par ailleurs des passages à vide répétés qui peuvent mener à des erreurs cognitives et à des phases dépressives. Alors que tout semble mis en oeuvre dans nos pays pour relancer l’activité économique, il appartient désormais à chacun d’adopter la bonne attitude et les bons gestes pour tenir dans la durée. À l’heure du déconfinement, cela devient vital pour qui veut sauvegarder son activité. »

L’Observatoire du CREDIR poursuit ses travaux de recherche sur le sujet et vous invite à compléter le questionnaire accessible en suivant ce lien. N'hésitez pas à le diffuser largement auprès de vos équipes et dans votre réseau.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages