< Retour au sommaire

Les formations en gestion du stress et le coaching en bien-être n'améliorent pas la santé mentale des travailleurs

Diminuer le stress? Ce ne serait pas ce que les employeurs doivent attendre ou espérer lorsqu'ils envoient leurs collaborateurs suivre des formations en gestion du stress, en relaxation ou en pleine conscience. C'est en tout cas ce que nous apprennent des recherches menées au sein de l’Université de Cambridge (Royaume-Uni). Mais encore?

Pour son doctorat, William Fleming a examiné les données de plus de 26.000 travailleurs de 128 organisations britanniques afin de déterminer les effets des initiatives prises par la direction pour soutenir la santé mentale de leurs collaborateurs. Sa principale conclusion: en général, il n'y a pas d'effet sur le bien-être.

Le chercheur a passé aux cribles les formations ou les programmes sur la gestion du temps, la pleine conscience, la résilience, la gestion du stress, la relaxation; le coaching pour la santé mentale et le bien-être; les applications de bien-être; le bien-être financier; les initiatives visant à promouvoir un sommeil sain et le travail bénévole ou caritatif. Seule la dernière catégorie — travail bénévole ou caritatif — a amélioré le bien-être mental. Les cours de gestion du stress ont même eu un impact négatif: ils ont tendance à aggraver la situation, d’après le chercheur. Toutes les autres initiatives « bien intentionnées » n'ont eu aucun effet.

Étonnant? William Fleming commente: « Cette recherche montre que de telles initiatives n'aident pas le travailleur moyen. Elle soutient l'argument selon lequel ces programmes ne sont qu'une tentative d'améliorer la pire aliénation sur le lieu de travail, sans rien changer fondamentalement aux systèmes de travail. Les interventions doivent avoir lieu au niveau de la direction. Il n'appartient pas aux travailleurs de se préoccuper constamment de leur propre santé mentale au travail. La direction doit s'attaquer de manière globale aux structures de travail qui causent des dommages par le stress, les traumatismes et l'insécurité. » Voilà qui est dit!

Source: Association britannique de sociologie, britsoc.co.uk

 

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages