< Retour au sommaire

Les fonctionnaires sont plus souvent absents, mais moins longtemps que les employés du privé

Les absences pour maladie des fonctionnaires fédéraux avaient diminué en 2017. Cette baisse n'a pas continué en 2018. Le taux d'absentéisme pour 2018 s'élève à 6,58%, soit une augmentation de 0,43%. Les maladies psychiques gagnent en importance en tant que principale cause médicale de l'absentéisme.

Le pourcentage de fonctionnaires fédéraux qui n'ont pas signalé d'absence en 2018 est passé de 32,8% en 2017 à 33,1% en 2018, soit un sur trois. Un fonctionnaire sur cinq (20,6%) s’est absenté une seule fois en 2018 pour cause de maladie ou d'accident privé. Les deux tiers des titulaires de mandat et un peu moins de la moitié (44,6%) des fonctionnaires de niveau A (diplôme universitaire ou équivalent) n'étaient pas absents en 2018 pour cause de maladie. Ces enseignements ressortent de l’étude publiée par Medex, qui est en charge du contrôle de l'absentéisme des fonctionnaires fédéraux.

Les employés du secteur privé sont en moyenne moins absents (1,1 fois par an selon Securex, 1,2 fois selon SD Worx que les fonctionnaires (2,1 fois par an). En revanche, ils sont absents plus longtemps: la durée moyenne d’absence des employés est de 12,6 jours (SD Worx) ou de 17,6 jours (Securex), selon la source, contre 15,2 jours pour les fonctionnaires. Selon Securex, la durée moyenne d'une absence est de 16 jours ouvrables, tandis que l'absence d'un fonctionnaire fédéral ne dure que 7,6 jours en moyenne.

Les maladies psychiques comme principale cause médicale

En 2018, les maladies psychiques gagnent en importance en tant que principale cause médicale de l'absentéisme dans le secteur public fédéral. À partir de 30 ans, au moins un fonctionnaire sur dix signale une absence pour cause de maladie psychique. La dépression et le burn-out sont à l'origine de la plupart des jours de maladie (34,4%).

« C’est pour cette raison que j’ai souhaité m’attaquer à la prise en charge du burn-out comme maladie liée au travail, explique Maggie De Block, ministre de la Santé publique. Beaucoup d'actions ont été prises tant pour les travailleurs salariés, les fonctionnaires et les indépendants. Un projet visant à offrir un trajet d’accompagnement sur mesure à des travailleurs en burn-out ou menacés de burn-out a ainsi notamment été lancé par Fedris, l’agence fédérale des risques professionnels. Nous attendons les résultats fin 2021. Nous avons également lancé une campagne visant la prévention, la détection et la guérison du burn-out auprès du grand public et des professionnels de soins. »

9 absences sur 10 contrôlées sont médicalement justifiées

En 2018, les médecins de contrôle ont pu évaluer dans 40.226 cas si une absence est médicalement justifiée ou pas. 90,2% sont médicalement justifiées, 8,3% n'ont pas pu être contrôlées car le patient ne s'est pas présenté à l'examen, l'absence a été raccourcie de 1,3% et seulement 0,2% sont jugées médicalement injustifiées. Il existe trois types de contrôles : à la demande de l'employeur (10%), basé sur l'historique des absences du fonctionnaire (47%) et créé au hasard par l'application (43%).

La reprise du travail avec prestations réduites en augmentation

De plus en plus de fonctionnaires statutaires absents depuis longtemps demandent à Medex l'autorisation de reprendre le travail avec une prestation réduite. Plus du tiers (34,6%) des fonctionnaires absents depuis au moins 30 jours pour cause de maladie souhaitent reprendre le travail avec une prestation réduite en 2018. Plus de 9 demandes sur 10 de reprise de travail avec prestations réduites sont approuvées. La Commission de Pension recommande également un pourcentage plus élevé de reprise du travail avec un travail adapté.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages