< Retour au sommaire

Les Belges restent plus fidèles à leur employeur qu’il y a 10 ans

Si l’ancienneté moyenne s’élevait à 10 ans en 2009, elle équivaut à près de 11 ans aujourd'hui, indique une étude d’Acerta. En 2019, 54% des travailleurs belges travaillent chez le même employeur depuis plus de 5 ans. Le secteur financier se démarque en affichant une ancienneté moyenne de 21 ans et 9 mois, soit plus du double de la moyenne nationale.

Si on considère l’ensemble des travailleurs belges, l’ancienneté moyenne correspond à 10 ans et 10 mois et la médiane à 7 ans et 9 mois. En 2009, l’ancienneté moyenne équivalait à 10 ans et 1,5 mois; en 2014, elle avait déjà grimpé à 10 ans et 4,5 mois. Un travailleur sur trois enregistre une ancienneté de plus de 10 ans.

Une ancienneté plus longue peut être positive ou non

L’ancienneté représente le solde des travailleurs entrés en service, des travailleurs restés en service et des travailleurs qui ont quitté l’entreprise. Il reste à savoir si une ancienneté élevée est une bonne chose. Une enquête d’Acerta révèle l’existence de la crise des cinq ans en matière de travail: lorsqu'un travailleur occupe la même fonction depuis quelque temps, il s’intéresse à des tâches complémentaires ou à une modification de la fonction. Pour de nombreux travailleurs, il en résulte qu’après quatre à cinq ans dans la même fonction, ils sont lassés de celle-ci et prennent l’initiative de quitter l’entreprise. Une formation permanente et la mobilité interne constituent des manières de garder la relation employeur-travailleur attrayante.

Différentes causes aux différences par secteur

Ouvrier ou employé, homme ou femme, ces caractéristiques influencent peu l’ancienneté. Même après l’introduction du statut unique avec des délais de préavis réduits pour les ouvriers en 2014. À l’époque, on pouvait craindre une hausse des départs. Mais le statut unique n’a donc pas entraîné de baisse dans les chiffres en matière d’ancienneté en Belgique. Il existe pourtant des différences entre les secteurs. Et le secteur financier sort du lot: il affiche une ancienneté moyenne de 21 ans et 9 mois, soit plus du double de la moyenne nationale. L’ancienneté dans le secteur marchand est conforme à la moyenne, malgré l’âge plus élevé dans la moyenne du personnel de ce secteur. Cela s’expliquerait potentiellement par une rotation du personnel (dans le secteur non marchand) et par un afflux externe de collaborateurs à un âge quelque peu plus avancé. Par contre, l’ancienneté est assez faible dans les services et le commerce. Ce constat peut indiquer une rotation du personnel, mais il est également lié au fait qu'il y a davantage de starters dans ces secteurs et que les premiers travailleurs ne peuvent nécessairement pas encore avoir constitué une ancienneté digne de ce nom. Sans parler des jobs destinés à mettre le pied à l’étrier, où l’ancienneté sera toujours limitée car les travailleurs n’ont pas l’intention d’y rester.

À propos des chiffres - Les données collectées se basent systématiquement sur plus de 260.000 travailleurs actifs auprès de plus de 32.000 employeurs du secteur privé (auquel appartiennent aussi bien des PME que des grandes entreprises) avec un contrat à durée indéterminée au 31 décembre en 2009, 2014 et 2019.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages