< Retour au sommaire

Le travail des étudiants connaît de nouveaux records, mais subit un coup de frein suite à la pandémie

Le nombre d’étudiants exerçant un travail rémunéré atteint un nouveau pic: 84% des 1.500 étudiants sondés par Randstad se retroussent les manches pour arrondir leurs fins de mois. Si l’on y inclut les petits travaux et le bénévolat, ce chiffre grimpe même à 89%. Curieusement, le travail au noir continue à s’amplifier malgré les assouplissements du statut d’étudiant. Plus d’un tiers des étudiants admettent par ailleurs que le travail exercé pendant l’année scolaire porte préjudice à leurs études.

En Flandre, 87% des étudiants travaillent, contre 83% à Bruxelles et 78% en Wallonie. La proportion d’étudiants travaillant durant l’année scolaire augmente pour atteindre 70%, et même 76% pendant les grandes vacances. Un record dans les deux cas. Près de deux tiers (62%) travaillent aussi bien durant l’année scolaire qu’en été. Seuls 13% ne travaillent que pendant les vacances d’été, 9% uniquement pendant l’année scolaire. On observe aussi une tendance croissante des étudiants à travailler durant les congés scolaires plus courts. Ils n’étaient encore que 30% dans le cas en 2019 et 26% en 2018. Les vacances de Pâques (23%) et de Carnaval (19%) arrivent en tête. Étrangement, plus d’un tiers (36%) estiment que travailler durant l’année scolaire nuit à leurs propres performances aux études (score de 7 ou plus sur une échelle de 1 à 10).

« Les records enregistrés en matière de travail étudiant ne vont certainement pas être battus cette année, au contraire, commente cependant Jan Denys, expert du marché du travail chez Randstad. Au cours des vacances de Pâques, le travail des étudiants a reculé de deux tiers à cause du coronavirus. Comme les vacances de Pâques tombaient au plus fort de la période de confinement, je m’attends à ce que les chiffres repartent à la hausse pour le reste de l’année. Selon nos premières estimations, cet été devrait enregistrer un recul de 20 à 30%. »

Le travail sans contrat s’amplifie

Les divers assouplissements du statut d’étudiant ne font pas reculer le travail sans contrat, que du contraire. « Le nombre d’étudiants mis au travail sans contrat a à nouveau légèrement augmenté par rapport à l’an dernier, précise-t-il. En 2019, 19% des étudiants travaillaient sans contrat. Cette année, cette proportion est passée à 21%. La situation est encore plus aiguë chez les jeunes de moins de 18 ans, dont quelque 31% travaillent sans contrat. L’an dernier, 27% étaient dans le cas, contre 25% en 2018. À première vue, l’assouplissement de la législation n’a pas mis un frein au travail sans contrat. »

Les étudiants estiment gagner à peu près 2.600 euros par an. C’est 200 euros de plus que l’an dernier. Les étudiants touchent environ 2.900 euros, soit 400 euros de plus que les étudiantes. Le salaire horaire aussi fait état d’une différence: il s’élève à 13,60 euros pour les hommes et 12,30 euros pour les femmes. Les petits travaux rapportent en outre nettement plus aux étudiants de sexe masculin: 836 euros contre 564 euros pour leurs homologues féminines. 10% des revenus sont consacrés aux sorties, 9% à l’épargne. La contribution au budget du ménage et la participation aux frais d’études représentent chacune 4% de leurs dépenses.

Avec un score de 22%, c’est l’horeca qui sollicite le plus les étudiants jobistes. Le commerce du détail représente 19%, les services publics et non marchands 11%. La plupart des étudiants sont engagés comme caissiers (12%), suivis par les employés administratifs (11%) et les magasiniers (10%). On s’attend dans le futur à une nette raréfaction des jobs d’étudiants les plus exercés aujourd’hui.

De nouveaux jobs étudiants suite au Covid-19

Le coronavirus induira, en 2020, une baisse du nombre de jobs étudiants, mais en même temps verra apparaîtra de nouveaux jobs pour ces étudiants:

  • steward assurant le respect du social distancing
  • contact tracers
  • collaborateur « stop and go »
  • contrôleur de température
  • agents de call center corona
  • collaborateur chargé du respect de l’hygiène

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages