< Retour au sommaire

Le marché du travail se redresse vite

Le troisième trimestre a été porteur d'espoir pour le marché du travail, selon les nouveaux chiffres de Statbel, l'office belge de statistique. Par rapport à l’an dernier, de plus en plus de chômeurs ont trouvé du travail. Les inactifs aussi cherchent plus souvent du travail, ou trouvent un emploi. En ce qui concerne les personnes occupées, peu de différences sont observées avec les trimestres précédents.

Afin d’évaluer la situation du marché du travail, il est important de savoir combien de personnes tombent au chômage et restent au travail. Les résultats des transitions entre 2020 et 2021 sont porteurs d’espoir: on constate que la transition du chômage vers le statut de personne occupée progresse et que moins de personnes restent inactives. Seul le pourcentage de personnes qui sont encore au travail après un an n’a pas encore retrouvé son niveau antérieur.

La présente analyse aborde l’évolution du statut sur le marché du travail des personnes qui étaient occupées, au chômage ou inactives il y a un an (troisième trimestre 2020), en le comparant avec leur statut au trimestre actuel (troisième trimestre 2021). La publication aborde aussi la comparaison entre le statut au trimestre précédent et le statut au trimestre actuel.

Occupé

Plus d’un an après le début de la crise du covid-19, nous pouvons déjà un peu mieux cerner l'impact sur les transitions du statut sur le marché du travail. 4,4 millions des 4,8 millions de personnes occupées un an plus tôt ont encore un emploi (soit 91,9%). Ce taux reste légèrement inférieur aux 93-95% observés avant la crise.

Deux groupes conservent leur emploi: les personnes à niveau d’instruction élevé et les 30-74 ans. 96% des personnes à niveau d’instruction élevé (donc ayant au moins un diplôme de l’enseignement supérieur) restent au travail. Ce pourcentage est le plus bas chez les personnes à niveau d'instruction faible: 78% des personnes à niveau d'instruction faible qui travaillaient au troisième trimestre 2020 avaient encore un emploi un an plus tard.

94% des 30-74 ans restent au travail contre 81% des 15-29 ans. Si nous examinons cela encore un peu plus en détails, nous observons une baisse du pourcentage de personnes qui restent au travail dans tous les groupes. La baisse est cependant plus prononcée chez les jeunes (15-24 ans) et les personnes âgées (65-74 ans). Les jeunes restent donc moins souvent au travail dans leur job d’étudiant et/ou leur premiers emplois. Chez les personnes âgées aussi, nous observons que moins de personnes restent actives après 64 ans, mais il s’agit d’un groupe très limité.

Chômeur

43% des demandeurs d’emploi sont au travail un an plus tard. Il s’agit du taux le plus élevé de ces quatre dernières années. Cela a aussi pour conséquence que moins de chômeurs deviennent inactifs : 25,8% seulement ne sont plus disponibles ou plus à la recherche d’emploi. Près de 31% des chômeurs sont encore au chômage un an plus tard. En chiffres absolus: sur 332.000 chômeurs, 102.000 sont encore au chômage, 144.000 sont au travail et 86.000 sont inactifs un an plus tard. On observe de fortes disparités régionales: 53,5% des chômeurs flamands au deuxième trimestre 2020 sont à nouveau au travail un an plus tard. Cette proportion est de seulement près de 47% dans la Région de Bruxelles-Capitale et de 29% en Région wallonne. La hausse est aussi très marquée chez les femmes: alors qu’entre le premier trimestre 2020 et le premier trimestre 2021, seulement 22% des chômeuses avaient commencé à travailler, ce chiffre grimpe à près de 43% entre le troisième trimestre 2020 et le troisième trimestre 2021.

Inactif

On observe une légère baisse chez les inactifs: 85,6% des inactifs restent inactifs. 10,6% ont trouvé un emploi et 3,8% ont recherché un emploi. Le pourcentage de personnes qui passent du statut d’inactif à celui de personne occupée ou de chômeur est en augmentation depuis quelques trimestres. Les inactifs hautement qualifiés restent le moins inactifs: 22,5% d’entre eux sont à nouveau au travail un an plus tard. Ce pourcentage est de 10,1% pour les personnes moyennement qualifiées et de seulement 2,8% pour les personnes faiblement qualifiées. Les personnes n’ayant pas la nationalité belge opèrent aussi plus facilement la transition : seulement 73,0% d’entre elles restent inactives contre 87,4% parmi les personnes ayant la nationalité belge.

Transitions

L’interprétation des transitions entre 2020 et 2021 est rendue difficile par une modification de la définition des personnes occupées dans le nouveau règlement-cadre européen: les personnes qui sont au chômage temporaire pendant plus de trois mois (‘chômeurs temporaires de longue durée’) ne peuvent plus être comptabilisées parmi les personnes occupées mais parmi les chômeurs ou les inactifs, en fonction des réponses données aux questions sur la recherche d'un travail et la disponibilité.

 

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages