< Retour au sommaire

Le bien-être des travailleurs mis à mal par la pandémie

La pandémie a augmenté le nombre de burn-out au travail, plus dans certains pays que dans d'autres, montre une étude de Microsoft. Il existe aujourd’hui plus de communication et moins de frontières entre vie privée et professionnelle. Constat interpellant: le fait de ne pas avoir à se déplacer peut avoir un impact négatif sur la productivité du télétravailleur.

Microsoft a réalisé une étude mondiale auprès de 6.000 personnes sur le bien-être des travailleurs et des employeurs durant la pandémie. Une question importante qui se pose souvent chez les clients de Microsoft – et qui reflète en même temps une tendance importante – est la suivante: « Comment faire passer le bien-être de nos employés au premier plan? », plutôt que « Comment faire pour que nos employés restent productifs? »

Le facteur de stress le plus important, qui est partagé dans le monde entier, est la crainte d'être infecté par le Covid-19. Un deuxième facteur est l'absence de séparation entre le travail et la vie privée. Le sentiment de perte d’intérêt et de reconnaissance par rapport aux collègues est un troisième facteur de stress chez les employés. Enfin, un quatrième facteur est la charge de travail ou les heures incontrôlables.
 
L'étude a révélé que, parmi les travailleurs de première ligne, près de 30% n'ont pas reçu la technologie ou l'équipement de protection nécessaire pour maintenir efficacement la distanciation sociale. Cela explique en partie leurs inquiétudes quant à l'infection par le Covid-19. Chez les télétravailleurs, le principal problème est l'absence de séparation entre le travail et la vie privée.
 
Un tiers des télétravailleurs indiquent que l'absence de séparation entre le travail et la vie privée a un impact négatif sur leur bien-être. Les études menées par le groupe de recherche de Microsoft donnent un aperçu de la manière dont les trajets quotidiens, autrefois tant redoutés, ont en fait contribué à maintenir les frontières entre le travail et la vie privée. Ils ont également un impact sur la productivité et le bien-être des employés.
 
« Les déplacements domicile-travail offrent des blocs de temps ininterrompus pour la transition mentale en direction et en provenance du travail, un aspect important du bien-être et de la productivité, explique Shamsi Iqbal, chercheur principal chez Microsoft Research. Les gens diront: ‘Je suis content de ne plus avoir à faire la navette. Je gagne du temps’. Mais sans une routine pour aller au travail, puis en revenir, nous sommes émotionnellement épuisés à la fin de la journée. »
 
Les données de Microsoft montrent que six mois après le début de la pandémie, les gens ont beaucoup plus de réunions, de conversations ad hoc et de discussions instantanées (chats) qu'avant la pandémie. Les discussions en dehors des heures de travail, entre 17 heures et minuit, ont également augmenté. Peut-être plus intéressant encore : la proportion d'utilisateurs de Teams qui envoient ces messages instantanés en dehors des heures de travail a plus que doublé. En d'autres termes, il y a tout un groupe de personnes qui, avant la pandémie, fermaient leur ordinateur portable à 17 heures sans plus le toucher, mais qui, désormais, continuent d’être connectés après le travail.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages