< Retour au sommaire

La surveillance digitale des travailleurs nuit à la confiance mutuelle et encourage la rotation du personnel

Les technologies de monitoring sont de plus en plus souvent utilisées pour évaluer la qualité du travail à distance, d’après une enquête de VMware. Elles peuvent toutefois miner la confiance des travailleurs envers leur employeur et le système de travail hybride. Compter le nombre de frappes ou le temps passé devant l’ordinateur n’est pas la meilleure des idées!

D'après cette enquête intitulée The Virtual Floorplan: New Rules for a New Era of Work, 70% des entreprises interrogées (7.600 répondants établis aux quatre coins du monde) utilisent des technologies d'évaluation du travail de leur personnel ou comptent s'y atteler prochainement. L'objectif est de mesurer la productivité des travailleurs depuis que beaucoup d'entre eux ont adopté des méthodes de travail hybride. Cela concerne le courrier électronique (44%), les outils de collaboration (43%) et le comportement de consultation d'Internet (41%). D'autres techniques sont également exploitées, telles que la vidéosurveillance (29%), le monitoring de l'attention par des webcams (28%) et des logiciels de traçabilité des contacts (26%).
 
Dans le même temps, 39% des entreprises sondées ayant déjà introduit une surveillance du personnel ainsi que divers appareils constatent une augmentation de la rotation du personnel.

Des solutions axées sur les prestations

Les résultats de l'étude suggèrent que les entreprises qui recherchent de nouvelles méthodes pour évaluer les prestations de leurs travailleurs, sans se limiter à la seule présence, ont tout intérêt à trouver le juste équilibre. 75% des travailleurs déclarent que le passage vers un environnement de travail éclaté a fait en sorte que les employeurs accordent désormais plus d'importance à leurs prestations, au détriment des étalons traditionnels comme le temps passé au bureau. Et 79% des répondants estiment que les technologies de travail à distance ont permis d'augmenter leur efficience. 74% des responsables d'entreprises ont reconnu avoir dû développer de nouvelles méthodes pour mesurer la productivité du personnel. Ils l'ont fait en utilisant des systèmes axés sur les prestations, entre autres des entretiens réguliers avec les managers pour discuter de la charge de travail (55%), l'évaluation de la production et des objectifs convenus (53%) ainsi que l'emploi de nouveaux logiciels de gestion de projet (47%).

La transparence demeure cruciale

Mais aujourd'hui, comme le 'manager' n'est plus nécessairement à proximité, les employeurs imaginent de nouvelles façons d'évaluer et de quantifier la productivité de leur personnel. Bien que 59% des travailleurs reconnaissent que leur entreprise y a été contrainte à cause de la transition vers un environnement de travail hybride, ils estiment néanmoins que la transparence demeure cruciale. Près d'un quart des travailleurs interrogés (24%) ne savent pas si l'entreprise a implémenté des systèmes de surveillance sur leurs équipements afin d'évaluer leur productivité.

 

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages