< Retour au sommaire

La méthode « people analytics » aurait le vent en poupe, mais…

Cet engouement, c’est PwC qui l'annonce sur base de son rapport « Talent Trends 2019: Upskilling for a Digital World ». La transition vers un processus de prise de décisions davantage fondé sur les données n’est cependant pas aisée, en raison notamment d’un manque de fiabilité et/ou d’accessibilité des données, mais aussi de la pénurie de talents analytiques capables de tirer des conclusions utiles de la grande quantité d’informations.

Pour assurer le succès et la solidité de leur entreprise dans les années à venir, pas moins de 83% des dirigeants d’entreprise belges estiment qu’il est essentiel de s’appuyer sur des informations et données relatives à leur personnel. Au cours des dix dernières années, l’analyse de gros volumes de données a changé de manière radicale la façon dont bon nombre d’entreprises exercent leurs activités, affirment les auteurs du rapport. La méthode « people analytics » jouerait un rôle de plus en plus important dans la prise de décisions au quotidien.

Davantage de données

L’analyse des données relatives au personnel permet aux entreprises d’identifier leurs principaux facteurs de réussite et de résoudre des défis organisationnels majeurs. Pourtant, 66% des dirigeants interrogés estiment avoir besoin de plus d’informations encore pour pouvoir prendre de meilleures décisions. « Jusqu'à présent, les entreprises ont peu exploité leurs connaissances sur leur principal atout: leurs employés, commente Matthias Reyntjens, Partner chez PwC Belgium. L’implication des collaborateurs, les niveaux de performance, la diversité, les compétences ou la rotation du personnel: autant d’exemples comment les entreprises peuvent mieux comprendre comment motiver leurs propres employés en permettant également de créer de la valeur ajoutée à l’échelle de l’entreprise. Les people analytics — dans le cadre légal de la GDPR, bien sûr — permettent aux entreprises de transformer non seulement leurs ressources humaines, mais également leur prise de décision stratégique et d’éliminer les biais cognitifs humains potentiels grâce à l’intelligence artificielle.»

Recherche talents analytiques désespérément

Cependant, la transition vers un processus de prise de décisions davantage fondé sur les données n’est pas aisée. Les dirigeants belges constatent de nombreuses lacunes et difficultés, notamment un manque de fiabilité des données (58 %) ou le fait que certaines informations ne soient pas accessibles pour analyse (48 %). La pénurie de talents analytiques capables de tirer des conclusions utiles de la grande quantité d’informations (45 %) constitue un autre obstacle de taille.

« Il y a beaucoup de ‘données dormantes’ dans les entreprises, ajoute l’expert. Une analyse adéquate de ces données pourrait permettre aux entreprises de prendre des décisions d’affaires plus éclairées. Cela demande des compétences analytiques très spécifiques, dont les entreprises ne disposent pas nécessairement en interne. De plus, l’analyse ne consiste pas seulement à établir des corrélations ou des relations: elle doit également permettre de formuler des prédictions sur des résultats opérationnels tangibles. Plus que jamais, le personnel devient le véritable capital de l’entreprise. »

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages