< Retour au sommaire

La culture du feed-back continu progresse

Un cycle de feed-back continu constitue le pivot de votre gestion des prestations, mais il est encore trop souvent traité avec négligence. Les choses évoluent toutefois dans la bonne direction. Quelque six organisations sur dix évaluent désormais leurs collaborateurs à des moments réguliers. D'autres formes plus ludiques gagnent également du terrain.

Menée auprès de 4.500 travailleurs dans 5 pays européens, l’enquête, qui mesure la satisfaction, la motivation, l’implication et l’engagement des collaborateurs, révèle également l’importance de la reconnaissance. En Belgique, il s’agit du troisième facteur de satisfaction des travailleurs, après le contenu de la fonction et la culture des valeurs de l’entreprise. En Allemagne, aux Pays-Bas, en France et au Royaume-Uni, la reconnaissance figure dans le top 5. « En moyenne, 38% des collaborateurs interrogés pensent que, sans la valorisation nécessaire, ils ne peuvent pas développer leurs talents correctement, observe Tony Swinnen, spécialiste RH Talent & Development chez SD Worx. Ce pourcentage est beaucoup plus élevé chez les collaborateurs belges: pas moins de 75% disent avoir besoin de ce type d’entretien pour leur développement personnel. »

La Belgique dans la moyenne européenne

En outre, la vue d’ensemble des pays montre une différence en ce qui concerne le sentiment d’appréciation des collaborateurs interrogés selon qu’ils sont évalués régulièrement, à des moments fixes ou jamais. 76% des travailleurs belges qui indiquent avoir un processus de feed-back continu estiment que leur patron les apprécie suffisamment, contre un peu moins de 70% de ceux qui se trouvent dans le système classique. Quelque 83% des personnes interrogées pensent recevoir une appréciation suffisante de la part de leurs collègues.

Selon les chiffres, les pays voisins connaissent une situation similaire. C’est en France que le contraste est le plus marqué: un processus de feed-back continu conduit à un sentiment d’appréciation suffisant de la part du patron chez 68% des collaborateurs interrogés, contre 58% de ceux qui sont évalués à des moments fixes. Les Pays-Bas affichent de meilleurs résultats: 85% contre 77,8%. Les collaborateurs britanniques se sentent également plus appréciés par leur patron dans un système de feed-back continu (79,5%) que dans le processus traditionnel (71%). Seuls les travailleurs allemands n’enregistrent aucune différence notable (73% dans les deux cas).

L’importance d’un feed-back continu

La planification d’entretiens de fonctionnement réguliers contribue à une culture de dialogue ouverte et honnête. En plus de cette approche formelle, des étapes plus ludiques vers une culture du feed-back positif sont également possibles: la mise en place d’un mur de compliments, par exemple, ou le lancement de « ragots positifs ». D’un point de vue entrepreneurial, le feed-back peut apporter une importante plus-value. Il permet de mieux connaître sa propre organisation. Les mesures de prestations révèlent des informations précieuses sur votre culture d’entreprise, l’ambiance et la charge de travail... Elles vous permettent d’agir directement et d’éviter que de petits désagréments ne se transforment en problèmes plus importants. De cette manière, vous aidez votre organisation à s’améliorer, à se développer en permanence et à préserver la motivation de vos collaborateurs.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages