< Retour au sommaire

La crise sanitaire donnerait-elle envie de voir si l’herbe est plus verte ailleurs?

C’est ce que semble indiquer une enquête de grande ampleur menée auprès de salariés et d'employeurs, pour le compte du prestataire de services RH Tempo-Team en collaboration avec la Professeure Dre Anja Van den Broeck de l’Unité de recherche Work and Organisation Studies de la KU Leuven. Le nombre de répondants cherchant activement un nouvel emploi a doublé en un an.

La crise sanitaire affecte durement notre société, y compris dans les milieux professionnels. Cette étude révèle ainsi une régression dans le fonctionnement des travailleurs de Belgique au cours des 12 derniers mois. Les salariés se disent moins heureux et davantage stressés, accusent une baisse du bien-être mental et physique, d'envie et de plaisir au travail. Depuis le début de la pandémie, un travailleur sur cinq dit se sentir moins bien; près de un sur trois accuse davantage de stress et un peu moins d’un sur cinq observe une dégradation des relations entre collègues et de la gestion par la hiérarchie. Beaucoup de salariés de ce pays veulent y remédier en cherchant un nouvel emploi. C'est assez singulier étant donné qu'en général, la mobilité professionnelle diminue en période de crise.

Pourtant, un employeur sur quatre estime que la loyauté de son personnel s'est améliorée depuis l'apparition de la Covid-19. Ils observent toujours une forte pénurie ainsi qu'un grand nombre de postes vacants pour certaines professions, ce qui n'a pas apaisé la guerre des talents.

Le principal argument poussant des salariés à changer d'employeur ou à lui rester fidèles est, d'après leurs dires, le salaire (44%). Il est suivi par la sécurité d'emploi (32%) – en période d'incertitude, ce n'est guère une surprise -, la teneur du travail et l'équilibre avec la vie privée (39% tous les deux). Le tiercé des employeurs est différent: sécurité d'emploi d'abord (36 %), suivie par la teneur des tâches (35%) et le salaire (30%). Tant les travailleurs que les employeurs considèrent toutefois que le salaire est le critère le plus déterminant pour exprimer un avis positif sur le travail.

La teneur de l'emploi prime la rémunération

Contrairement à ce que pensent les salariés et les employeurs, l’étude de la Professeure Van den Broeck montre que la meilleure garantie au bon fonctionnement des travailleurs ne provient pas du salaire ni de la sécurité d'emploi, mais de la teneur des tâches qui leur sont assignées. En effet, la teneur du job impacte quasiment tous les aspects de l'activité professionnelle: engagement, plaisir au travail, bien-être mental et physique, prestations, motivation et rétention. Ces critères sont plus fréquents que d'autres, comme la sécurité d'emploi, l'équilibre travail/vie privée, les collègues, la hiérarchie, les formations… et le salaire. Celui-ci ne semble avoir d'impact que sur la rétention (c'est-à-dire la fidélité des travailleurs).

« Un emploi captivant s'avère être un élément déterminant dans de nombreux aspects qui rendent le travail attrayant: engagement, prestations, plaisir au travail, motivation et loyauté, explique-t-elle. Sans oublier une diminution de l'absentéisme. On observe donc une fracture entre d'une part les aspirations des travailleurs et des employeurs (salaires élevés, haute sécurité d'emploi), et d'autre part la réalité sur le terrain (intérêt du travail). L'impact de ce dernier critère est donc injustement sous-estimé par les uns comme par les autres. »

Tous optimistes?

Une autre étonnante conclusion de cette étude est que les travailleurs qui enregistrent les meilleures performances sont aussi les plus optimistes. Leur état d'esprit est par nature plus positif que chez les pessimistes. Mais les plus grandes différences épinglées par l'étude portent sur la nécessité d'investir davantage dans le bien-être du personnel. Ainsi, les optimistes sont deux fois plus nombreux que les pessimistes (23% contre 11%) à qualifier de très bons leur bien-être, leur niveau d'énergie et leur dévouement professionnel. Et ils sont près de trois fois plus nombreux (60% contre 23%) à faire preuve d'attitude et de comportement corrects, et à se déclarer impliqués, satisfaits, productifs et collégiaux.

Ce sont ces résultats significativement plus élevés concernant le bien-être, l'attitude et le comportement au travail qui caractérisent les salariés optimistes et les distinguent de leurs collègues qui le sont moins. Les optimistes confirment aussi l'importance de la teneur de l'emploi pour un fonctionnement optimal, car ici encore, ils enregistrent des résultats significativement meilleurs (7,7/10) que leurs collègues plus pessimistes (5,9/10).

« Il s'agit d'investir dans la teneur du job, principal critère pour stimuler l'optimisme des travailleurs et en faire de vrais jobtimistes, conclut Sébastien Cosentino, porte-parole de Tempo-Team. Par teneur de l'emploi, il faut comprendre ce que font les travailleurs, mais également comment leur travail est organisé. Il reste beaucoup de pain sur la planche, car un salarié sur cinq déclare que ses tâches ne sont pas assez variées et qu'il s'ennuie souvent. Seulement une moitié des travailleurs estime que son emploi lui donne des opportunités de développement personnel. D'autres facettes, ayant un impact négatif sur l'intérêt du travail, pourraient également être améliorées. Ainsi, plus de un travailleur sur trois estime devoir suivre de nombreuses règles et procédures inutiles. Et près de un sur cinq est confronté à des tracasseries ou brimades. Il y a donc de la marge pour une amélioration. Tempo-Team s'engage activement à faire des travailleurs de vrais optimistes, pour un fonctionnement optimal en milieu professionnel grâce à un teneur de l’emploi intéressant. »

 

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages