< Retour au sommaire

La Belgique de plus en plus encombrée

L’an passé, la congestion générale sur les routes belges a augmenté de 1% par rapport à 2018, sur base de l’analyse d’une dizaine de villes. La Belgique connaît un taux de congestion de 30%, un peu moins élevé qu’en France ou au Royaume-Uni, mais supérieur à celui des Pays-Bas et de l’Allemagne. La situation est toutefois variable selon les villes. En voici le détail.

Ces constats ressortent du TomTom Traffic Index, un rapport détaillé de la situation routière dans 416 villes et 57 pays. La journée la plus encombrée en Belgique a été le jour de la Saint-Nicolas, journée extrêmement pluvieuse. Ce jour-là, la congestion moyenne était de 50%, ce qui implique que les navetteurs mettaient 50% plus de temps pour arriver à leur destination.

Dans notre pays, Bruxelles reste la ville la plus dense en termes de trafic. Les conducteurs doivent y tenir compte d’un trajet qui dure en moyenne 38% plus longtemps, en hausse de 1% comparé à l’année précédente. Les heures de pointe du matin et du soir sont toujours dramatiques à Bruxelles, avec des trajets qui durent respectivement 75 et 77% plus longtemps. A ces moments-là, les navetteurs doivent ajouter 23 minutes à un trajet d’une demi-heure.

Il est étonnant de voir la ville de Mons occuper la deuxième place, après Bruxelles. La congestion y a plus que redoublé par rapport à 2018. L’an passé, les conducteurs y avaient besoin d’en moyenne 34% de temps de trajet supplémentaire, alors que ce pourcentage s’élevait à 18% en 2018. D’énormes travaux routiers (avec une capacité réduite et les retards y afférent) sur la E42 ont causé une année 2019 super dense. Le matin, on doit ajouter 53%, ou 16 minutes supplémentaires à un trajet d’une demi-heure. Le soir c’est pire: 63% ou 19 minutes supplémentaires par demi-heure. 

Anvers, où le temps de trajet a augmenté d’un pourcent en 2019, conclut le Top 3 belge. Liège occupe la quatrième place en Belgique. Les chauffeurs y perdent en moyenne 24% de leur temps de voyage. Une augmentation de 4% par rapport à 2018. La journée la plus difficile à Liège a été le 29 novembre 2019, avec en moyenne 50% de temps perdu dans le trafic. L’heure de pointe du matin est en moyenne 46% plus dense (+14 minutes par demi-heure), la densité routière du soir ajoute 53% à votre temps de déplacement (ou 16 minutes par demi-heure).

De bonnes nouvelles

A la septième place, nous retrouvons la ville de Namur. Les 19% qui s’ajoutent aux trajets signifient une énorme baisse par rapport à l’année 2018, pendant laquelle nous avons noté une augmentation de 10% par rapport à 2017. Cette année-là, les travaux routiers ont engendré de grands encombrements sur la E411. En 2019, les vitesses moyennes sur cette autoroute ont augmenté de 25%. Il y a toujours des goulots d’étranglement dans la ville, surtout sur la Chaussée de Perwez et le Quai Ferdinand Cortoy. Mais la situation routière s’est nettement améliorée: -10% et ainsi la ville retrouve son niveau de 2017.

Comme l’année passée, Charleroi arrive en fin de top 10. Il faut y compter 13% de temps de trajet supplémentaire en moyenne, et les retards y augmentent de 1%. Le trafic était le plus dense le 30 janvier 2019, suite également à la zone de neige. L’heure de pointe le matin est plus lente (21% ou +6 minutes par demi-heure). Aussi le soir on avance plus péniblement (27% ou 8 minutes supplémentaires par demi-heure).

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages