< Retour au sommaire

Enquête HR Square: un télétravail obligatoire de plus en plus sous pression

On travaille moins à domicile dans une proportion importante d’organisations comparé à la période du premier confinement. C’est ce qui ressort d’une enquête menée par HR Square la semaine dernière, à laquelle 196 responsables RH ont répondu (47 francophones, 149 néerlandophones). Le phénomène semble plus marqué du côté francophone, l’ampleur du télétravail y est également plus faible. Qu’avons-nous appris d’autre?

Quelle proportion des collaborateurs qui peuvent télétravailler le font effectivement à 100% actuellement? La différence apparaît très marquée entre le Nord et le Sud du pays, d’après notre coup de sonde. Au Nord, 43% des collaborateurs qui le peuvent travaillent à domicile à raison de 90 à 100% de leur temps de travail. Ils sont 71% à télétravailler 60% de leur temps. Près de 17% travaillent peu ou pas du tout à domicile (moins de 20% du temps), alors qu’ils le pourraient. Pour la partie francophone du pays, le tableau apparaît différent: seuls 32% remplissent l’obligation de télétravail au moins 90% du temps et 64% à raison de 60% du temps au moins. 23,4% télétravaillent moins de 10% du temps.

Y a-t-il moins de personnes travaillant à domicile aujourd'hui que lors du premier confinement? Oui, d’après 25,5% des répondants néerlandophones. À l’inverse, près de 29% travaillent maintenant davantage à domicile. Côté francophone, les choses sont à nouveau différentes: 42,6% travaillent moins à la maison aujourd’hui, 21,3% seulement le font davantage.

Si on travaille moins à la maison, pourquoi? La principale raison avancée tient à la pression externe (le manager le demande, l'organisation le demande, ou il y a une pression implicite) dans 37% des cas. Toutefois, il ne faut pas non plus sous-estimer les souhaits des collaborateurs eux-mêmes. Dans 34% des cas, ils font le choix de ne pas télétravailler. Voilà pour les néerlandophones. Chez les francophones, la pression extérieure et le choix personnel pèsent exactement le même poids: 38%.

Vivement le retour au présentiel!

L’enquête permettait également d’exprimer un commentaire. « Travailler au bureau est devenu une question de ‘survie’ de la dynamique d'équipe et les bureaux répondent aux exigences de prévention des contaminations », relève un répondant. « La vie à la maison 24h/24 semble à présent intenable pour certains », constate un autre. « Certains travailleurs demandent de pouvoir venir au bureau afin de de temps en temps sortir de chez eux et parler à quelqu'un (d'autre). » Ou encore: « Le distanciel ne permet pas une gestion de projets efficace et rapide », lit-on encore. Si le télétravail est moins appliqué, c’est qu’une partie des travailleurs souffrent de la distance et du manque d'interaction. « Vivement le retour en présentiel car il n'y a plus de distinction entre vie privée et vie professionnelle. »

Qu’en est-il des contrôles? Un tiers des répondants dit en avoir déjà connu, aussi bien du côté des francophones que des néerlandophones sondés.

 

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages