< Retour au sommaire

Crise du Coronavirus: « Nous retrouver dos au mur est une invitation à repenser l’entreprise et le travail »

L’épidémie de Coronavirus suscite une forme de psychose qui enfle dans les entreprises. Au point que nombre d’entre elles ne peuvent plus fonctionner normalement: télétravail plus ou moins imposé; réunions perturbées; participation à des séminaires et formations déconseillée, voire interdite; équipes ne pouvant plus travailler ensemble; etc. Spécialisée dans l’accompagnement d’équipes dans la gestion du changement, Marilyn Vanbesien invite à ne pas sombrer dans la paralysie, mais plutôt à saisir l’opportunité offerte d’accélérer notre capacité à inventer de nouveaux modes de fonctionnement et d’organisation du travail.

Marilyn Vanbesien part d’une expérience vécue voici quelques jours. « J’étais attendue pour une intervention lors du deuxième jour d’un offsite de trois journées, raconte-t-elle. Quelque 65 participants étaient réunis dans un château et voilà que l’un d’entre eux fait état de symptômes laissant à penser qu’il peut être atteint du fameux virus. Des tests ont été effectués avec la conséquence que tout le monde s’est retrouvé confiné dans le château. Mon donneur d’ordre m’a conseillé de ne pas venir, afin de ne pas prendre de risque de me retrouver également en quarantaine si la maladie était avérée. Et, du coup, les 65 personnes coincées là-bas se retrouvaient amputées d’une partie du programme. » Refusant de se laisser abattre, un modus operandi différent a été imaginé: « Je me suis installée dans une petite salle où j’ai réalisé des vidéos de 15 à 20 minutes ponctuées d’un exercice et envoyées aux participants. Pendant qu’ils visionnaient la vidéo et réalisaient l’exercice avec l’animateur, je produisais la suivante en m’adaptant aux questions qui me revenaient via Whatsapp. Résultat: à la fin de la journée, le contenu prévu était dispensé et j’ai reçu des feed-back particulièrement positifs, suggérant même la mise en ligne de ces vidéos pour une diffusion plus large! »

Difficile d’encore espérer que cela ne soit pas le cas: dans les semaines qui viennent, nos modes de fonctionnement au travail vont être plus ou moins fortement perturbés. « Une autre formation qui était planifiée avec un de mes donneurs d’ordre est actuellement en discussion car elle doit réunir des participants venant de différents pays. Or, de nombreuses entreprises interdisent les voyages. Nous envisageons donc un autre format, avec des participants qui, cette fois, resteraient à la maison. C’est toute l’économie qui se retrouve affectée à des degrés divers: les formations et les séminaires, mais aussi le secteur du tourisme, celui de l’horeca, la production, etc. »

Préfigurer le travail de demain

Pour Marilyn Vanbesien, les problématiques que pose l’épidémie de Coronavirus (qu’elles se justifient ou qu’elles relèvent d’une peur excessive) se situent en plein dans la thématique du Change Management. « Nous sommes confrontés à une situation que nous n’avons pas pu anticiper, mais qui pourrait se prolonger. Certains nous disent déjà que le virus pourrait muter et revenir de façon plus sévère encore l’année prochaine, ou par la suite. On ne peut pas rester paralysés. Il va donc nous falloir inventer des façons alternatives de vivre bien. C’est, à plus grande échelle, l’expérience que nous faisons quand un épisode de fortes neiges nous amène à rester travailler chez nous. Il faut se réorganiser, réinventer sa journée. De la même façon, nous devons nous préparer à une situation qui va durer plus longtemps et qui peut se reproduire, et donc à nous réorganiser. »

Prenant un peu de hauteur, Marilyn Vanbesien suggère également que les contraintes que nous connaissons actuellement ne sont peut-être qu’une exacerbation aiguë d’évolutions plus profondes, d’une lame de fond. « Nous travaillons de plus en plus en équipes décentralisées. Nous pratiquons de plus en plus le télétravail. Nos modes de fonctionnement professionnel sont de plus en plus impactés par les problèmes de mobilité. Nous connaissons des formes d’emploi de plus en plus diversifiées qui impactent les dynamiques de travail. Il y a là tout un mouvement qui va dans un même sens et, sans doute ici, devons-nous expérimenter de façon aiguë et décuplée ce qui pourrait préfigurer le travail de demain. »

Autrement dit: voyons la situation actuelle comme une opportunité. « Elle doit nous pousser à réfléchir de façon plus rapide et marquée sur les façons de travailler ensemble, d'utiliser les technologies ou de nous réinventer pour être plus efficaces et plus créatifs. Le fait de se réunir physiquement est bien entendu important pour garantir une bonne dynamique d’équipe, mais les technologies permettent aussi beaucoup de choses. Travailler à distance peut aider à gérer autrement certains conflits, distribuer la parole autrement lors de réunions en donnant l’occasion de s’exprimer à ceux que l’on entend moins habituellement quand on est autour d’une table,… Nous retrouver dos au mur est une invitation à repenser l’entreprise et le travail. »

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages