< Retour au sommaire

Combien de travailleurs de nationalité étrangère en Belgique?

Un travailleur sur six est de nationalité étrangère, annonce Partena Professional, soulignant que notre marché de l'emploi se diversifiait. D'après le fournisseur de services RH, 15,4% des travailleurs actifs en Belgique n'étaient pas de nationalité belge en 2012, un chiffre qui s'élèverait désormais à 16,9%. Une communication qui fait bondir l'IDD, l'Institut pour un Développement durable: "Non, il n'y a pas 17% de travailleurs de nationalité étrangère en Belgique".

L’étude de Partena Professional a été effectuée sur base d’un échantillon représentatif de plus de 260.000 travailleurs actifs en Belgique, de 2012 à 2021. Les chiffres communiqués indiquent le pourcentage de travailleurs n’étant pas de nationalité belge par rapport à tous les travailleurs de l’échantillon. Le Brexit semble avoir eu un impact. Si les travailleurs britanniques étaient déjà en forte minorité en Belgique avant que Londres ne quitte l’Union, ils font désormais presque figure d’exception: ils sont passés de 0,36% des travailleurs actifs en 2012 à 0,25% aujourd’hui. Cette diminution s’est cependant observée au fil des années, et pas uniquement depuis l’annonce du retrait du Royaume-Uni.

Les travailleurs italiens sont les seuls à avoir connu une diminution plus importante: de 2,5% en 2012 à 2,09% aujourd’hui. Ce sont les travailleurs français qui les ont en partie remplacés, passant de 3,43% à 3,83% de tous les travailleurs. Les Français sont d’ailleurs les travailleurs étrangers les plus présents sur notre territoire. Les travailleurs provenant de tous les pays non européens représentent quant à eux 3,9% du total aujourd’hui.

Si le Brexit a eu un impact négatif sur la main d’œuvre venant des pays de l’Est au sein même du Royaume-Uni, la tendance inverse semble se dessiner en Belgique, même si elle s’observe depuis 2012 déjà. Par exemple, le nombre de travailleurs venant de pays tels que la Roumanie ou la Bulgarie a doublé en 10 ans (+93%), passant de 1,39% à 2,68% du total. Exception notable à ce constat: la Pologne. Le nombre de travailleurs polonais en Belgique était en hausse de 2012 à 2017 (de 0,8% à 1%) mais diminue fortement depuis et est même retombé à 0,85% cette année.

« Les travailleurs étrangers représentent une partie très importante de notre économie, explique Wim Demey, Customer Intelligence Manager chez Partena Professional. Si les bouleversements sociétaux qu’ont été le Brexit et le coronavirus ont eu un impact différencié sur leur nombre en Belgique, nous ne devrions pas connaître une situation similaire à l’exode britannique. Nous observons d’ailleurs une grande augmentation des travailleurs venant des pays de l’Est. La Pologne fait figure d’exception, et c’est notamment lié au développement social et salarial que connaît le pays, qui permet à ses travailleurs de trouver de bons emplois dans leur pays. »

Réaction de l'IDD

L’étude pose nombre de problèmes méthodologiques. En l’occurrence, il y en a deux essentiels:

  • qu'entend-on par travailleurs?
  • quelle est la représentativité de l'échantillon de travailleurs utilisé par Partena?

Première conclusion de la Brève n°58 de l'IDD, la proportion de travailleurs de nationalité étrangère calculée sur base de la Banque Carrefour de la Sécurité Sociale (12%) est nettement inférieure à celle avancée par Partena. Si la population couverte par Partena n'est pas claire, on peut néanmoins supposer qu'il s'agit des salariés. Partant de cette hypothèse on peut estimer que l'approche de Partena conduit à surestimer d'environ 210.000 le nombre de salariés de nationalité étrangère. Fin 2019, il y avait environ 460.000 salariés de nationalité étrangère d'après l'IDD (estimation basée sur les données de la Banque Carrefour de la Sécurité Sociale ) contre 670.000 environ pour Partena. A ce niveau d'écart, on peut parler d'amateurisme statistique, dommageable. Les deux sources convergent néanmoins pour montrer que les proportions de travailleurs de nationalité étrangère ont augmenté depuis 2012.

Les données de la Banque Carrefour de la Sécurité Sociale permettent de préciser les contours de la population des travailleurs de nationalité étrangère.

  • Les deux contingents les plus importants – les travailleurs ayant la nationalité des quatre pays pays limitrophes ou de l'UE de l'Est – représentent plus de 50% des travailleurs de nationalité étrangère.
  • La proportion totale de travailleurs de nationalité étrangère varie selon le lieu de domicile. On ne s'étonnera pas de constater qu'elle est plus importante à Bruxelles; elle y est en particulier importante pour ce qui est des indépendants (43,7% contre 31,7% pour les salariés).
  • On constate ainsi que les travailleurs dont la nationalité est est-européenne sont sur-représentés à Bruxelles et en Flandre par rapport à la Wallonie tandis que les travailleurs dont la nationalité est sud-européenne sont sur-représentés en Wallonie.
  • Enfin, la proportion de travailleurs de nationalité étrangère chez les hommes (13%) est supérieure à celle chez les femmes (10%); il y a proportionnellement plus de travailleurs de nationalité étrangère chez les moins de 50 ans que chez les 50 et plus; la plus grande proportion chez les hommes est vérifiée pour chacune des grandes catégories d'âge.

 

 

 

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages