Advertisement
< Retour au sommaire

Chèque consommation: l’enthousiasme est (très) modéré

L’arrêté royal relatif au chèque consommation a été approuvé: depuis le 17 juillet, il est possible de récompenser les travailleurs et de soutenir en même temps l'horeca et le secteur de la culture et du sport. Sur les 1.079 employeurs sondés par Acerta, à peine 11% ont indiqué qu'ils feraient bénéficier leurs travailleurs du chèque. 64% ne sont pas convaincus. Les 25% restants ont jusqu'à la fin de l'année pour se décider.

Un employeur sur trois (33%) fait état d’un budget insuffisant. Un autre groupe (31%) a attiré l'attention sur d'autres types de chèques déjà alloués. « Très vite après l'annonce du chèque consommation, nous avons reçu des questions des employeurs. Celles-ci nous font supposer qu'il existe encore une marge de croissance raisonnable pour le chèque consommation, observe Amandine Boseret, conseillère juridique chez Acerta. C'est ainsi que certains employeurs pensaient que le chèque consommation n'était pas une option pour eux étant donné qu'ils n'offrent pas eux-mêmes de services culturels, sportifs ou horeca, mais cette limitation s'applique uniquement lors de l'attribution. Chaque secteur peut donc allouer le chèque aux travailleurs. Aujourd'hui, avec l'AR, nous attendons que des initiatives sectorielles suivent et que des accords soient établis. A la fin de l'année, le succès du chèque consommation sera vraiment évident. »

Double but 

Le chèque consommation poursuit un double but. D'une part, il offre aux employeurs l'occasion de récompenser (certains) travailleurs pour la manière dont ils ont aidé leur employeur en période de corona. D'autre part, il donne un petit coup de pouce aux secteurs durement touchés, à savoir les secteurs de l'horeca, de la culture et du sport. « Le gouvernement a aussi rendu le chèque consommation le plus attrayant possible pour l'employeur qui l'alloue, ajoute-t-elle. C’est ainsi que l'employeur ne doit pas allouer le chèque collectivement, mais qu'il peut lui-même affiner le groupe cible à la condition que cet objectif soit stipulé. En outre, il peut choisir lui-même le montant jusqu'à un maximum de 300 euros. L'employeur ne doit pas décider directement non plus d'allouer le chèque ou non : cette option court jusqu'à la fin de l'année, jusqu'à ce que l'employeur ait donc une meilleure vision de sa situation financière. Enfin, ce que l'employeur dépense comme montant brut est ce que les bénéficiaires recevront net directement. Une situation gagnant-gagnant donc. »

Modalités et points forts du chèque consommation

  • S'ajoute à la norme salariale
  • Pas d'ONSS ni de taxes, brut = net
  • Gestion minimale, commande simple
  • Groupe cible objectif à déterminer soi-même, pas collectif
  • Montant à déterminer soi-même, avec un maximum de 300 euros et différenciation possible
  • Solidarité avec les secteurs durement touchés de l'horeca, du sport et de la culture
  • Délai de réflexion jusqu'au 31 décembre 2020

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages