< Retour au sommaire

« Chaque jour compte » : Agoria se met en ordre de bataille pour bien démarrer 2021

De tous les Belges âgés entre 20 et 64 ans, sept sur dix ont un travail. Si nous voulons que huit personnes sur dix travaillent d’ici 2030, il faut créer 600.000 emplois supplémentaires, soit le double des prévisions actuelles. C'est ce qui ressort d’une étude sur le marché du travail belge menée par la fédération de l’industrie technologique Agoria. « En 2021, personne n'a donc un jour à perdre, souligne Bart Steukers, son directeur Context. Les responsables politiques devront mettre en œuvre leurs plans de relance, les entreprises devront remettre leur moteur en marche et les travailleurs devront se former. »

Selon l’analyse d’Agoria, notre économie doit tourner à plein régime pour que notre marché ressente réellement le besoin de personnel supplémentaire. « Ce n’est que si nous parvenons à enregistrer une croissance nette moyenne de 1,5% chaque année pour tous les biens et services produits dans notre pays (PIB) que ce besoin de six cent mille travailleurs supplémentaires se fera sentir d'ici 2030 », explique Bart Steukers, membre du conseil d'administration du VDAB et CEO d’Agoria à partir du 1er avril 2021.
 
Être effectivement en mesure de répondre à la demande générée est un autre défi que nous devrons relever. Pour ce faire, Agoria préconise de se tourner vers des groupes sous-représentés sur notre marché du travail: le taux d'occupation des femmes (66,5%), des jeunes (60,9%), des personnes âgées (32,8%), des personnes peu qualifiées (46,3%), des personnes issues de l'immigration (43,5%) ou des personnes handicapées est en effet encore très loin des 80% visés. Ces personnes méritent un coup de pouce pour pouvoir surmonter les obstacles dans la recherche ou la conservation d'un emploi. 
 
Agoria considère que le troisième défi est la formation permanente des personnes. « Rester dans le coup dans un monde en mutation rapide n'est pas la seule raison. La formation permanente revêt également une importance essentielle en raison du fait que la demande de personnes possédant une qualification supérieure ne peut être satisfaite uniquement par l’enseignement. Nous devons créer une dynamique ascendante avec les personnes déjà actives sur notre marché du travail aujourd'hui afin de faciliter l'arrivée d'autres personnes. »

« Améliorer la productivité ne signifie pas travailler plus dur »

Agoria formule également un quatrième défi important: « accroître la valeur ajoutée de notre travail ». Cela implique de travailler dans un souci d'efficacité et de résultats,  tout en veillant à ce qu’un travail utile soit fourni dans des conditions sûres, confortables et motivantes. « Améliorer la productivité ne signifie pas travailler plus dur. C'est avant tout en utilisant les bons outils et en mobilisant nos connaissances de manière optimale qu'il est possible de tirer le meilleur parti de l’évolution digitale. Faire preuve de curiosité en permanence et suivre une formation continue afin de faire bon usage de la technologie au travail sont à la fois des conditions préalables et des garanties pour rendre ce travail plus confortable et plus efficace. Commencez la nouvelle année par une formation », recommande Bart Steukers.

Siemens (Beersel), Alertis (Roeselare) et Barco (Courtrai) l’ont déjà bien compris. L’année dernière, Agoria a donné le coup d’envoi de la charte « Be The Change », à laquelle les entreprises peuvent souscrire afin de s’engager ainsi à adapter leur politique du personnel aux défis du marché du travail de demain. Pour entamer ce cheminement plus facilement, les entreprises peuvent effectuer un choix  parmi dix engagements simples qui leur permettront de façonner leur avenir. Dès demain, elles pourront prétendre au titre d’ «Employer ready for the future of work ». 
 
Dans les semaines et les mois à venir, Agoria entend venir en aide à encore plus de personnes et d'entreprises pour relever les défis futurs. Le programme DigiCoach vise à faciliter la transition digitale pour les entreprises. Tout le monde peut remplir le Passeport DigiSkills afin de savoir quelles compétences il faut déployer pour être ou rester performant dans l’exercice d’une certaine fonction sur un marché du travail en pleine digitalisation. Quant aux Talent scans, ils stimulent les entreprises à découvrir les talents cachés des collaborateurs et à miser encore davantage sur ceux-ci.

220.000 emplois supplémentaires depuis 2018

En 2018, Agoria, en collaboration avec les trois offices de l'emploi régionales (Le Forem, Actiris et VDAB), a réalisé « Be The Change », la première étude approfondie à cartographier l'évolution du marché du travail dans notre pays jusqu'en 2030. À cette époque, le credo politique « jobs, jobs, jobs » commençait à se faire entendre de plus en plus fort. Plus de deux cent vingt mille personnes supplémentaires ont trouvé un emploi entretemps, ce qui constitue la plus forte création d'emplois jamais réalisée dans notre pays sur une période de trois ans, et 150.000 de plus que prévu. Selon Agoria, ce chiffre prouve avant tout que notre économie a besoin de bras supplémentaires, et ce même dans un monde en pleine digitalisation. Par ailleurs, toujours selon Agoria, il montre que « Be The Change » n’est pas un appel lancé en vain : de plus en plus de personnes mettent leurs compétences à niveau et se mettent au travail.
 
Sous l’effet du coronavirus qui a rongé notre santé et notre économie, les nouveaux gouvernements et parlements relaient également l'appel « Be The Change » et adaptent leurs politiques en conséquence. La crise du coronavirus risque en effet de nous coûter cent dix mille emplois pour l’ensemble de 2020 et 2021. Nous assisterons ensuite à une évolution similaire de la demande de travailleurs supplémentaires, avec une augmentation encore plus rapide de la demande de travailleurs hautement qualifiés.
 
L’accord de gouvernement fédéral fixe l'objectif explicite d’évoluer vers un taux d'emploi de 80 pour cent à l’horizon 2030. Cela implique que dans la tranche d’âge de 20 à 64 ans, 8 personnes sur 10 devront prochainement être au travail. Selon Bart Steukers, nous ne pourrons y parvenir qu'en améliorant constamment notre position concurrentielle, en offrant de bonnes formations aux groupes sous-représentés sur notre marché du travail et en proposant une formation permanente à tous afin de pouvoir répondre plus rapidement à la demande croissante de personnes hautement qualifiées.

Le VDAB, le Forem et Actiris s'appuient sur « Be The Change »

Les agences pour l'emploi flamande, wallonne et bruxelloise travaillent déjà sur les résultats de « Be The Change ». Wim Adriaens, directeur du VDAB, entend désormais se concentrer encore plus sur les personnes non actives, c'est-à-dire les personnes qui ne travaillent pas mais qui ne sont pas non plus à la recherche d’un emploi. Il estime également qu’il faut améliorer la mobilité de la main-d’œuvre, tout en renforçant les compétences des actifs. 
 
Marie-Kristine Van Bockestal, directrice du Forem, souligne la nécessité d'une collaboration étroite et structurée avec les secteurs et d’agir avec promptitude afin d’accompagner immédiatement tous les professionnels qui risquent de tomber du bateau et de leur éviter ainsi de sombrer dans l'inactivité.
 
Enfin, pour Caroline Mancel, directrice générale adjointe d'Actiris, les deux priorités sont la coopération avec les organisations partenaires afin d'atteindre encore mieux les groupes cibles et une approche structurée pour faire face aux conséquences de la crise du coronavirus. 

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages