< Retour au sommaire

« Une attention accrue aux incitations créées par les dispositions prises en urgence est nécessaire »

Face à l’irruption de la crise du COVID 19, les autorités belges ont rapidement agi pour soutenir les entreprises et les travailleurs salariés et indépendants. Il importe en effet de sauver les postes de travail et le savoir-faire par des mesures strictement temporaires. Plusieurs chercheurs de différentes universités suggèrent conjointement des mesures complémentaires.

Sans perdre de vue les nombreuses contraintes quotidiennes des uns et les autres, ces chercheurs de l’UCLouvain, de la KU Leuven et de l’UGent, prônent les mesures suivantes:

  • Une coordination sans cesse plus forte des interventions menées aux divers niveaux de pouvoir en Belgique;
  • Une réflexion accrue sur le ciblage des bénéficiaires des aides et sur la capacité à exercer un contrôle des abus;
  • Dans le respect des règles limitant la propagation du virus, l’incitation, notamment financière à:
  1. un partage du travail qui reste disponible (plutôt que l’arrêt complet de l’activité économique),
  2. une mobilité des travailleurs disponibles vers des secteurs fort sollicités actuellement (mobilité qui sera aussi très probablement nécessaire lors de la sortie progressive du confinement),
  • Un encouragement des personnes dont les tâches professionnelles sont réduites à se former via des plateformes digitales et le renforcement de l’information à ce sujet.

« Malgré les soutiens évoqués ci-dessus, des salariés seront licenciés dans les jours et semaines qui viennent ou l’ont déjà été, observent-ils encore. Ils ne peuvent être oubliés. De manière strictement temporaire, il est, dès lors, recommandé de réduire la durée d’emploi préalable à l’octroi des allocations de chômage complet. »

Autre recommandation exprimée: « Comme les perspectives de recrutement sont, pour un temps, fortement amoindries, il y a lieu de momentanément interrompre le compteur de durée qui détermine l’évolution (dégressive) dans le temps des allocations de chômage complet et la vérification des preuves de recherche d’emploi. De la Suède aux États-Unis se développent des initiatives similaires. Les services régionaux de l’emploi conservent toute leur importance. Ils doivent notamment dans ce contexte stimuler l’usage d’outils de formations en ligne. »

Ont participé à cette étude: Bart Cockx (Vakgroep Economie, UGent), Muriel Dejemeppe (IRES, UCLouvain), Koen Declercq (LEER, KU Leuven) et Bruno Van der Linden (IRES, UCLouvain). Elle est accessible en suivant ce lien.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages