Emmanuelle Léon (ESCP Business School): « Le travail hybride n'est ni vertueux, ni problématique »

L'important est de recentrer la discussion autour du « travail », souligne Emmanuelle Léon, professeure de GRH à ESCP Business School. « Le travail hybride joue le rôle d'une caisse de résonance. Il amplifie les déficiences structurelles des organisations et catalyse les frustrations des collaborateurs lorsqu'elles doivent s'exprimer. Le travail hybride est aussi une opportunité pour toutes les organisations d'améliorer leurs processus internes, leurs outils de collaboration et de s'en servir comme d'un levier de croissance. »

L'économie circulaire pour inspirer la gestion des ressources humaines

Extraire, fabriquer, utiliser, jeter: telle est la formule sur laquelle se base notre économie actuelle. À l'inverse, l’économie circulaire vise à limiter le gaspillage des ressources et à promouvoir une gestion plus durable de celles-ci. Une approche qui pourrait également inspirer nos manières de travailler. Le 9 octobre dernier, HR Square a fait le point sur le projet Circular HRM dans les pages de Références.

Malades de longue durée: comment améliorer la concertation entre médecin généraliste et médecin du travail?

Le gouvernement fédéral a décidé de faire mentionner sur les certificats médicaux des malades de longue durée quelles sont les possibilités de retour au travail du patient dans un cadre adapté. C’est certes une bonne décision, estime-t-on conjointement chez Mensura et à l’association de médecins généralistes Absym, mais pour que les recommandations soient optimales, il faut une concertation entre médecin généraliste et médecin du travail: « Une plate-forme digitale permettrait de rendre cette concertation efficace et réalisable sur le plan administratif. »

La mobilité professionnelle revient à son niveau d’avant crise

Le nombre de nouveaux contrats à durée indéterminée conclus par les entreprises a retrouvé après l’été le même niveau qu’avant la crise du coronavirus. De janvier à août, le nombre de nouveaux contrats de travail a même augmenté de 1,7%. Le véritable pic s’est produit en août, où l’augmentation s’élève à 26% par rapport à 2019.

Les jeunes travailleurs sont plus malades qu'avant la Covid

En septembre, les maladies de courte durée (moins d'un mois) sont les plus nombreuses auprès des moins de 25 ans, à savoir 3,65%. De plus, l’absentéisme de courte durée est environ un quart (23,3%) plus élevé qu'avant la Covid-19 (2019). Cette évolution négative est plus prononcée chez les ouvriers.

Les salaires sur secteur technologique profitent de la crise sanitaire

Le salaire de base des employés travaillant dans le secteur technologique a augmenté en moyenne de 0,9% cette année (hors indice). L'année dernière, les organisations de ce secteur n'ont accordé qu'une augmentation de 0,5% en moyenne. Grâce aux nombreux besoins de numérisation, la crise sanitaire a eu un impact positif sur l'enveloppe salariale des employés du secteur. La rémunération flexible et les éléments salariaux fiscalement avantageux gagnent également en popularité cette année.

Seuls six employés sur 100 bénéficieraient d’une indemnité de télétravail

Le nombre d'employeurs offrant une allocation de télétravail a cependant quadruplé depuis l'année dernière, indiquent les chiffres de Securex. L’indemnité de télétravail s'élève en moyenne à 78 euros par employé (entre mars 2020 et août 2021). Les employeurs peuvent octroyer jusqu'à 129,48 euros net (montant temporairement porté à 144,31 euros). L'indemnité liée au déplacement domicile-travail reste quant à elle stable.

Ligue des familles: « La semaine de 38h sur 4 jours n’est pas une réponse aux défis actuels des parents »

La Ligue des familles a pris connaissance de la semaine de 38h sur 4 jours qui serait sur la table du gouvernement fédéral. « Cette mesure ne répond pas aux défis actuels de la vie de famille, estime Christophe Cocu, directeur général de la Ligue. Les parents sont nombreux à vouloir avoir un jour libre par semaine, mais il existe des moyens d’y arriver qui sont plus respectueux des contraintes familiales, comme un congé parental mieux rémunéré. »

Le marché des bureaux est à la veille d’une reconfiguration majeure

Suite à la crise sanitaire, on peut s’attendre à une diminution des surfaces de bureaux utilisés à Bruxelles. La Banque Nationale de Belgique évoque par exemple une baisse de 22% dans les cinq prochaines années. Les lieux de travail se déplacent vers les logements des travailleurs, qui cherchent à aménager un poste de travail chez eux, mais aussi vers les espaces de coworking et les bureaux satellites.

La crise sanitaire semble affecter durablement les relations interpersonnelles sur le lieu de travail

En raison de la crise sanitaire, les communications dans le cadre professionnel se tiennent plus que jamais par voie numérique. L'emploi de plates-formes comme Zoom et Teams est massif. Et, bien que le travail soit de nouveau autorisé au bureau, plus d'une entreprise sur trois continue de les utiliser. Mais la longue période de télétravail forcé et les contacts (presque exclusivement) numériques entre collègues ont éloigné le seuil d'accessibilité pour des entretiens physiques sur le lieu du travail. Un travailleur sur cinq estime en effet éprouver davantage de réticences à se rendre spontanément chez un collègue pour lui parler.

Le défi après la crise de la Covid-19: (re)motiver et (re)faire confiance au personnel

Selon 64% des employeurs sondés par Acerta, les leaders doivent être capables de motiver et de faire confiance. Sept dirigeants d’entreprise sur dix estiment qu’ils encouragent déjà l’autonomie et la responsabilité au sein de leur organisation et qu’ils vérifient la qualité du travail plutôt que la présence pendant les heures de travail. Dans deux entreprises sur trois, les dirigeants peuvent compter sur une formation et un soutien, mais 37% des employeurs doivent admettre qu’ils n’ont organisé aucune formation au cours des deux dernières années pour aiguiser les nouvelles compétences en matière de leadership après la crise du coronavirus.

"Une réelle prise de conscience doit s’opérer à propos de l’âgisme"

Sept personnes âgées de plus de 55 ans sur dix sont victimes de préjugés en raison de leur âge, révèle un sondage réalisé par l’institut IPSOS pour le compte d’Amnesty International. Dans le secteur de l’emploi, 23% des répondant·e·s déclarent avoir été traité·e·s différemment depuis qu’ils·elles ont atteint 55 ans et bénéficient de ce fait de moins d’opportunités de démontrer leurs compétences.

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages