< Retour au sommaire

Pourquoi la planification des effectifs devient-elle plus stratégique ?

La « transformation » a été une priorité absolue pour de nombreuses organisations au cours d’une année 2019 bien agitée. Et, à son tour, l’agenda RH a radicalement changé. En soutenant la transformation, l’attention s’est inévitablement concentrée sur la planification des effectifs pour les besoins futurs en talents.

Pourtant, selon le dernier Mercer Global Talent Trends, seuls deux responsables sur cinq (43%) sont impliqués dans la refonte des emplois pour préparer l’avenir. Or, le même sondage indique que les dirigeants des entreprises les plus performantes sont deux fois plus susceptibles de penser que cette planification/anticipation est le principal levier de la performance de leur entreprise. Heureusement, nos propres recherches sont source d’optimisme. Parmi nos plus de 1.600 organisations certifiées Top Employers dans le monde, plus de neuf sur dix (91%) — et 94% en Belgique — ont désormais des objectifs de planification des effectifs clairs et stratégiques, contre un peu plus de trois sur quatre en 2015 (78%). La volonté de mettre en œuvre ces plans existe également : presque tous les Top Employers (92%) — 88% en Belgique — ont formellement défini les rôles et responsabilités pour y parvenir.

Il existe au moins trois facteurs poussant les entreprises à une approche plus stratégique dans ce domaine. Le premier est le désir clair et croissant d’implication RH. Dans le passé, le département RH pouvait être mobilisé chaque année simplement pour mettre en œuvre les décisions à partir d’un budget déjà convenu. Aujourd’hui, l’objectif le plus essentiel de la planification stratégique des effectifs chez les Top Employers consiste à « aligner les RH avec les objectifs business stratégiques » de façon régulière et continue.

Deuxièmement, la technologie affecte considérablement la relation entre l’employé et l’employeur. Une approche plus agile de la planification des effectifs est nécessaire car les contrats et modalités de travail entre acteurs deviennent de plus en plus flexibles, avec les opportunités et les incertitudes que cela apporte. Beaucoup a été développé pour utiliser la technologie pour la planification stratégique des effectifs, mais il reste encore énormément à faire. Alors que de nombreux Top Employers voient la valeur de l’utilisation des données pour soutenir les décisions en matière de talents, le Mercer Global Trends Survey 2019 montre que moins d’une entreprise sur huit dans le monde utilise actuellement l’analyse prédictive.

Enfin, une organisation ne peut plus considérer ses besoins isolément. Les partenariats et les écosystèmes d’entreprises nourris de pratiques de travail plus collaboratives et flexibles impliquent que les employés fixes, les sous-traitants et les consultants soient tous intégrés à la planification des effectifs. En retour, une communication claire de la planification des effectifs est essentielle, tant pour les acteurs que pour un modèle de développement durable.

L’impact positif sur l’efficacité organisationnelle explique pourquoi la direction générale de nos Top Employers s'implique profondément dans le processus de planification des effectifs de bout en bout. Presque tous (97%) le font dans l’examen et l’approbation du processus global de planification stratégique. Les avantages de celle-ci sont compris plus largement au sein des Top Employers. Ainsi, plus de quatre managers sur cinq (83%) sont en mesure d’utiliser de façon proactive les données pour la planification opérationnelle, alors qu’une proportion similaire (79%) reconnaît que le développement de carrière des salariés est un sujet stratégique en lui-même et doit être inclus dans le processus.

Enfin, notons que l’efficacité de la planification stratégique des effectifs devient un processus à double sens : elle sert la stratégie business et s’en nourrit également. Nos Top Employers nous disent à 81% qu’ils calibrent désormais leur stratégie d’entreprise en partie en examinant les résultats de la planification des effectifs. Et près de trois sur quatre (72%) — et 77% en Belgique — se tournent vers l’avenir via une analyse des écarts entre les compétences actuelles et celles nécessaires demain. Conclusion : alors que les entreprises repensent complètement la façon dont elles utilisent leur talent pour accompagner les transformations, une approche plus stratégique de la planification des effectifs au cours de l'année à venir devient une nécessité plutôt qu’un luxe.

Steven Van Raemdonck
Country Manager
Top Employers Belgique

Sur le même sujet


< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages