< Retour au sommaire

Dans quelle mesure notre travail est-il hybride et jusqu’où souhaitons-nous aller ?

La nouvelle façon hybride de travailler est en plein essor. Cependant, toutes les entreprises ne sont pas aussi avancées. Et plus important encore : les employeurs ont-ils une idée de ce que les travailleurs souhaitent eux-mêmes ? Lode Godderis et son équipe d’IDEWE ont mené une enquête auprès de 1.299 travailleurs et décideurs et ont glané quelques informations surprenantes sur le concept NWoW.

L’étude montre que le concept de base du travail hybride est en effet déjà bien établi. Plus de sept travailleurs sur dix ont déclaré qu’ils utilisent les technologies de l’information (afin de pouvoir travailler de n’importe quel endroit ou à n’importe quel moment) et qu’ils travaillent régulièrement à distance. Un certain nombre de concepts dérivés sont toutefois moins clairs. Ainsi, seuls 34% d’entre eux décident eux-mêmes où et quand ils travaillent, seuls 30% travaillent de manière basée sur l’activité et seuls 32% appliquent le système de flex desks. Il est intéressant de noter qu’il y a une grande volonté (variant entre 78% et 86%) d’appliquer ces concepts, à une exception près : seuls 36% désirent échanger leur propre bureau contre un flex desk.

Bien que les chiffres des décideurs montrent en grande partie la même tendance, certaines différences sautent aux yeux. Parmi ces derniers, la volonté d’introduire des flex desks est de 49%, soit nettement plus que parmi les travailleurs. Il en va de même pour le travail basé sur l’activité (87% chez les employeurs contre 78% chez les travailleurs). L’inverse est vrai pour un système dans lequel les personnes décident elles-mêmes où et quand elles travaillent (73% contre 85%).

De manière générale, ces chiffres (et surtout les différences générales entre volonté et réalité) prouvent que le travail hybride est encore en pleine croissance dans la plupart des entreprises. En outre, la différence de volonté autour d’un certain nombre de points signifie que nous ne devrions pas simplement faire des suppositions sur ce que les travailleurs souhaitent. Il suffit de penser aux flex desks : il vaut mieux ne pas réaliser un tel changement sans en parler à ses équipes.

De surcroît, le faible nombre de personnes qui effectuent un travail basé sur l’activité est également un point d’attention. En mars de cette année, j’ai lancé un appel dans les médias pour que le travail hybride ne soit pas considéré comme naturel. Le mot « hybride » va bien au-delà de la localisation : nous devons également réfléchir à ce que nous y faisons, de quelle manière et avec quelle infrastructure.

NWOW et bien-être

L’étude montre également que les travailleurs ayant un degré élevé d’organisation hybride du travail obtiennent de meilleurs résultats sur un certain nombre d’aspects du bien-être que les personnes n’ayant pas ou peu d’organisation hybride du travail : ils courent notamment moins de risques de burn-out (2% contre 7%) et sont plus satisfaits de leur travail (84% contre 78%). Ils sont également plus autonomes et plus proches les uns des autres. Dans d’autres domaines (tels que l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, l’intensification du travail et la surcharge technologique), on ne constate pratiquement aucune différence.

Bon à savoir également : 54% des personnes interrogées préfèrent un régime prévoyant deux à trois jours de travail à domicile par semaine. En tant qu’employeur, il est donc préférable de maintenir un bon équilibre entre le travail à domicile et au bureau. Il est bien évidemment possible qu’au sein même de votre entreprise, des personnes préfèrent travailler plus ou moins à domicile, en raison de la nature de leur travail par exemple. Comme toujours, se concerter est la clé.

L’étude s’est déroulée du 14 au 21 juin 2021. Par souci d'exhaustivité, nous tenons à préciser que, compte tenu du sujet de l’étude, nous avons délibérément interrogé des personnes ayant un niveau d'éducation élevé et des employés ; il ne s’agit pas d’un échantillon représentatif de l’ensemble du marché du travail belge.

Lode Godderis
CEO
IDEWE

Sur le même sujet


< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages