< Retour au sommaire

Comment contribuer à équilibrer vie professionnelle et vie privée ?

Les travailleurs ayant la possibilité d’administrer eux-mêmes la répartition du temps entre travail et vie privée sont généralement plus satisfaits de cet équilibre, se disent plus heureux et moins stressés. Les clés pour y parvenir ? Le télétravail et les horaires flottants, dans une culture de concertation ouverte et transparente.

Confiance

Quiconque parvient à trouver cet équilibre est nettement plus heureux et éprouve moins de stress. Comment ? Par l'implication, la flexibilité, et surtout l'autonomie, LE moteur pour ressentir plus de bonheur au travail. Concrètement, cela passe par des horaires flottants et le télétravail. À condition de ne pas négliger une communication cohérente de la hiérarchie et la logique du donnant-donnant : lorsque l'on emporte du travail chez soi, on doit avoir le droit, dans l'entreprise, de régler certaines affaires privées. Dans tous les cas, la confiance est cruciale.

Cela dit, la recette miracle n'existe pas. L’un préfère imbriquer travail et vie privée, l'autre une distinction claire. « Il faut définir ses préférences et obtenir de l'employeur et de la famille la possibilité d'accorder travail et vie privée », nous explique le Dr Sara De Hauw, enseignante à l'Open Universiteit et experte en équilibre travail/vie privée.

Illusion

La dissociation entre travail et vie privée n'est-elle pas illusoire ? Les ressources numériques ont tendance à dissiper la frontière. Au travail, les liens avec les amis ne sont pas totalement rompus, et à la maison, le travail se poursuit sur ordinateur portable. Mais se déconnecter du travail est indispensable. « Car, ce qui ne fonctionne certainement pas, c'est la culture du bain professionnel permanent », assure Sara De Hauw.

Transparent et adapté

« Il faut un autre regard sur l'entourage, l'organisation et les horaires de travail. Le management devrait être axé davantage sur les résultats que sur les heures prestées. Et une communication aboutie devient cruciale », estime Valérie Denis, manager CSR chez Tempo-Team.

Tout tient donc dans la clarté des accords : entre le coach et l'équipe comme entre collègues. Les attentes et les objectifs doivent être clairs et précis, tout comme la façon dont l'autonomie est accordée. C'est uniquement possible dans une culture de concertation cohérente.

Impliquez vos collaborateurs sur la façon d'atteindre ensemble les objectifs, par le biais du télétravail et d'une autonomie accrue. Cela peut varier d’une fonction à l'autre. Un travailleur sans contact avec la clientèle pourrait parfaitement rechercher ses enfants vers 16 heures et reprendre le travail chez lui le soir. Pourquoi bloquer les serveurs après 18 heures, sinon pour brider l'autonomie ?

Le télétravail, aussi possible dans les PME

  1. Adaptez votre organisation en fonction du télétravail : évaluez votre culture d’entreprise et établissez des accords adéquats
  2. Laissez vos cadres assumer leur rôle : encadrer, se concerter, favoriser l'implication et atteindre les objectifs
  3. Concertation avec l’équipe : comment apporter l'autonomie à chacun ?
  4. Concertation avec le télétravailleur : établissez des accords précis, laissez une marge pour l'adaptation au cas par cas
  5. Fixez les accords sur papier : établissez ces accords dans une charte, bétonnée de façon juridique
  6. Fournissez les moyens de communication et de travail nécessaires : les moyens IT et autres ne fonctionnent que dans une culture de concertation
  7. Soutenez les télétravailleurs par des conseils concrets, notamment un lieu de travail séparé et des pauses en suffisance

Valérie Denis
CSR Manager
Tempo-Team

Sur le même sujet


< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages