< Retour au sommaire

Quelles inspirations en matière RH pour 2022 ?

Nous venons tous de traverser une période pour le moins particulière. Bien que les entreprises aient dû relever de nombreux défis, elles ont également vu quelques opportunités apparaître. La pandémie de coronavirus a certes chamboulé l’organisation de notre travail pour toujours, mais c’est à nous de déterminer à quoi ressembleront ces changements. Voici un aperçu inspirant.

La collaboration renforcée grâce au travail hybride

Aujourd’hui, 90% des employeurs affirment préférer une combinaison de travail à domicile et de travail au bureau, un scénario impensable il y a deux ans. En réunissant le meilleur du travail à domicile et du travail au bureau, les entreprises ont aujourd’hui créé une forme de travail hybride. Il n’en est toutefois encore qu’à ses balbutiements. Le lieu de travail est loin d’être le seul élément déterminant. De nombreux processus peuvent en effet être optimisés dans un système hybride. Cette nouvelle méthode de travail implique aussi, entre autres, une nouvelle façon de collaborer, de diriger, de rémunérer et de se déplacer.

 

 

 

Chris Wuytens (Acerta Consult)

Le rôle majeur des dirigeants

Dans un contexte de travail hybride, les dirigeants devront travailler d’une manière différente. Ce ne sont pas tant les compétences professionnelles nécessaires pour diriger à distance qui devront être améliorées, mais plutôt les compétences personnelles et sociales, telles que la stimulation de la créativité et de l’appropriation. La direction dans un contexte de travail hybride nécessite une approche plus individuelle avec davantage d’espace pour les entretiens individuels, mais pas au détriment de la vue d’ensemble, bien entendu. Il reste donc important de fournir une structure à votre équipe, de fixer des objectifs et de contrôler la direction que vous prenez ensemble.

Investir dans le bien-être est crucial pour votre organisation. Pourtant, seuls quatre employeurs sur dix investissent structurellement dans le bien-être mental de leurs collaborateurs. C’est d’autant plus frappant qu’un collaborateur sur cinq craint de souffrir prochainement d’un burn-out, selon une étude d’Acerta. Les dirigeants ont un rôle décisif à jouer dans le suivi et la promotion du bien-être des travailleurs. La confiance a acquis une place importante dans la relation employeur-travailleur. Nous constatons le passage d’une motivation de contrôle à une motivation autonome : permettre aux travailleurs de s’épanouir en mettant leurs talents à profit dans le cadre des valeurs et des objectifs de l’entreprise qui ont du sens à leurs yeux et pour lesquels ils sont motivés de manière autonome. Deux tiers des entreprises forment et soutiennent déjà leurs dirigeants en la matière, même si les nouvelles compétences de leadership devront certainement être améliorées une fois la pandémie de coronavirus derrière nous.

La théorie de l’autodétermination

D’après la théorie de Deci & Ryan, trois ingrédients permettent de garantir le bien-être des collaborateurs : Autonomie (pouvoir décider soi-même de ce qu’on fait et de la manière de le faire) ; Implication (contribuer à un objectif qui a du sens à nos yeux ; le faire en collaborant avec les personnes de son équipe) ; Compétences (être bon dans ce qu’on fait et mettre à profit ses talents). Les résultats d’une enquête auprès des collaborateurs constituent le point de départ idéal pour mener des actions ciblées.

Tout (ne) tourne (pas) autour de l’argent

L’employeur dont le système de plan cafétéria répond le mieux aux besoins des collaborateurs tire le meilleur parti de celui-ci, sans aucun coût supplémentaire pour personne. La flexibilité en matière de rémunération devient l’un des fers de lance les plus importants de l’après-coronavirus. À ce jour, moins de la moitié des entreprises offrent toutefois différentes options salariales à leur personnel. En adoptant une rémunération flexible, vous pouvez surfer sur les tendances et répondre aux besoins personnels de vos collaborateurs.

L’art de contourner les pénuries de main-d’œuvre

Récemment, la pénurie de main-d’œuvre se fait à nouveau fortement sentir. Par rapport à janvier 2020, à l’aube de la pandémie de coronavirus, l’occupation a augmenté de 1,4% ces derniers temps. En outre, les entreprises sont optimistes en matière d’occupation et les travailleurs n’hésitent d’ailleurs pas à aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs. Au cours des six derniers mois, 45% des Belges ont ainsi répondu à au moins une offre d’emploi. Attirer et conserver des collaborateurs talentueux constituera donc le défi des entreprises en 2022.

Chris Wuytens
Managing Director
Acerta Consult

Sur le même sujet


< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages