< Retour au sommaire

Le travail à distance dessine-t-il le futur du travail?

Auteur:Marie-Laure Cahier & Suzy Canivenc
Editeur:Presses des Mines - La fabrique de l’industrie , 176 pages.
ISBN:978-2-35671-680-4
Prix:€22
Avant 2020, le télétravail restait une pratique relativement limitée au regard de ce qu’il est devenu dans la crise sanitaire. Il faisait l’objet de nombreux préjugés que l’expérience, forcée par la Covid-19, aura en partie permis de lever. Aujourd’hui, une page se tourne… L’ouvrage proposé par Marie-Laure Cahier et Suzy Canivenc entend poser la question du travail à distance au-delà de l’épisode pandémique, de ses effets et de ce qu’il nous enseigne. Il dessine le futur du travail à la lumière de cette expérience inédite.

Au terme de « télétravail », Marie-Laure Cahier et Suzy Canivenc préfèrent la notion de « travail à distance » car le premier ne rend pas compte de la multiplicité des formes de son exercice. Leur livre est fondé sur des auditions d’experts (sociologues, ergonomes, DRH, managers, aménageurs) et sur des centaines d’enquêtes et études académiques. Il fournit des points de repère et de vigilance à toutes les entités qui doivent repenser l’organisation du travail: management, espaces, temps du travail, outils numériques, communication…

Loin des villages de « digital nomads » sur fond de lagons bleus et de piscines à débordement, leur étude empirique s’intéresse principalement au travail à distance « ici et maintenant », c’est-à-dire à la démocratisation (certes partielle) et aux conditions de pérennisation possible d’une modalité de travail qui fut longtemps désirée par beaucoup et qui s’est brutalement ouverte à des personnes et à des emplois auxquels elle était précédemment refusée.

Au passage, l’ouvrage met au jour des débats qui ne sont pas encore tranchés, comme l’épineuse question de l’éligibilité au télétravail et des inégalités qui en résultent. Ou encore, la productivité qu’il permet, sa compatibilité avec la Qualité de Vie au Travail, son impact sur le lien social, la confiance, la collaboration, l’innovation et la créativité… C’est bien un travail hybride – sur site et à distance – qu’il s’agit dès aujourd’hui de préparer.

« Du point de vue des employeurs comme des salariés, les bénéfices attendus du télétravail restent sensiblement les mêmes qu’avant 2020, soulignent-elles. D’un côté, plus grande flexibilité, moindre coût immobilier, attractivité de la marque employeur, de l’autre, meilleur équilibre des temps, moins de stress et de transport, plus grande autonomie. Toutefois, l’expérimentation du télétravail à large échelle semble avoir révélé de nouvelles opportunités aux employeurs (augmentation de la productivité, digitalisation accélérée, possibilité de recourir à une main-d’œuvre plus qualifiée ou moins chère, réduction de l’empreinte carbone), tandis que, de leur côté, les salariés ont pu prendre la mesure de certains effets pervers qui restaient peu perçus tant que le télétravail leur était en tout ou partie refusé (espace de travail inexistant ou inadapté à domicile, isolement, surtravail, déstructuration des temps sociaux, montée des RPS, télésurveillance, surcoûts du travail à domicile). Au demeurant, tant les aspects négatifs que positifs ont été exacerbés par un télétravail de confinement, souvent à 100%, et en contexte anxiogène et contraint. Il faut donc rester prudent, dans un sens comme dans l’autre, sur les enseignements à tirer d’un télétravail subi, très différent de ce que pourrait être un télétravail choisi, dont le déploiement serait maîtrisé. » 

Pour Marie-Laure Cahier et Suzy Canivenc, la thématique du travail à distance a le grand mérite de remettre l’organisation du travail « réel » au premier rang des préoccupations. « Dans cette perspective, les représentants du personnel ont évidemment un rôle-clé à jouer: quelles qu’aient pu être leurs réticences à l’égard du télétravail, la frilosité n’est plus de mise et il leur faut saisir l’opportunité de réfléchir en profondeur à l’organisation du travail et à la qualité de vie au travail (sur site et en télétravail), et de renouveler leurs propres pratiques de communication avec les outils du numérique. Les conditions d’éligibilité au télétravail devraient à l’avenir se concevoir non plus à partir des professions mais à partir des tâches, de manière à assurer une meilleure équité dans l’accès au télétravail. Le travail à distance représente également une occasion unique de revivifier et de requalifier le rôle du management de proximité, à rebours des discours rebattus sur sa fin annoncée, et de basculer d’un management prescriptif à un management de soutien orienté vers les résultats. Car ce que le télétravail confiné aura surtout révélé, c’est un besoin de mieux manager, plutôt que de moins, ce qui pourrait rejaillir plus généralement sur toute l’organisation du travail. »

 

Sur le même sujet


< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages