< Retour au sommaire

Une mesure du "bonheur ressenti au travail"

Suite au débat sur le travail soutenable et à l'augmentation des cas de maladie de longue durée, le bonheur ressenti sur le lieu de travail est devenu une thématique récurrente. Tempo-Team a commandité une étude sur le sujet. Conclusion: le résultat moyen du bonheur au travail est de 7,3 sur 10. Avec des disparités: un répondant sur quatre se dit insatisfait (score inférieur à 6 sur 10), mais un sur trois résolument heureux (avec au moins 8 sur 10).

D’après cette enquête menée auprès de 800 travailleurs, les trois principaux critères pour être heureux dans et avec son travail sont, parmi les intéressés, la teneur du job, l'environnement de travail et la hiérarchie. Un job passionnant, socialement significatif et accordant suffisamment d'autonomie contribue au ressenti du bonheur. Contribuer utilement à l'entreprise et entrevoir des perspectives de carrière prometteuses sont deux autres facteurs aussi importants. La probabilité qu'un travailleur éprouve du plaisir à son travail est quatre fois plus grande chez les gens qui se disent heureux dans leur boulot. Ils accordent considérablement plus d'importance aux jobs avec un contenu intéressant. Les travailleurs frustrés optent plutôt pour un travail proche de leur domicile et offrant une sécurité d'emploi. De chouettes collègues, une équipe solide et des supérieurs motivants contribuent, à leur tour, à la sensation de bonheur.

La moitié des travailleurs moins satisfaits estime que leur entreprise ne fait pas assez d'efforts pour favoriser le bonheur du personnel. Les autres, par contre, assurent que leur entreprise investit dans leur bien-être par des postes de travail ergonomiques, une alimentation saine et des possibilités de faire du sport. Ils sont également trois fois plus nombreux que les autres à reconnaître que leur entreprise favorise une ambiance de travail agréable.

Enfin, sans surprise, le style de management joue un rôle crucial. Les plus contents apprécient que les supérieurs hiérarchiques sondent la satisfaction du personnel et soient reconnaissants pour le travail accompli. Au contraire, les travailleurs chagrins sont un sur deux à penser que la sensation de bonheur serait plus grande si la hiérarchie se montrait plus reconnaissante, si la charge de travail était moins forte, si tout le monde était traité équitablement… et si le chef était remplacé.

L’étude de Tempo-Team établit par ailleurs un lien entre la sensation de bonheur au travail et dans la vie en général. Deux tiers des travailleurs qui se disent heureux dans et avec leur travail le sont également dans la vie. C'est deux fois plus que chez les autres.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages