< Retour au sommaire

Une majorité de Belges se disent en faveur d'un revenu de base

Le constat est issu de la dernière vague d'enquêtes organisée par l'European Social Survey: 59% des Belges sont favorables à un revenu de base; 7% y sont même très favorables. L’Institut pour un Développement Durable analyse et commente ce résultat dans sa dernière brève.

Voici l’intitulé complet de la question: « Dans certains pays, on parle actuellement d'instaurer un revenu de base. Dans un instant, je vais vous demander de me dire si vous êtes défavorable ou favorable à un tel revenu de base. Je vais d'abord vous donner plus de détails. (...) Le revenu de base comprend tous les éléments suivants:

  • Le gouvernement verse à tout le monde un revenu mensuel pour couvrir les dépenses essentielles.
  • Il remplace beaucoup d'autres prestations sociales.
  • Le but est de garantir à chacun un niveau de vie minimum.
  • Chacun reçoit le même montant, qu'il travaille ou pas.
  • Les gens continuent à toucher le revenu de leur travail ou d'autres sources de revenu.
  • Ce système est financé par les impôts.

Dans l'ensemble, seriez-vous défavorable ou favorable à un tel revenu de base en Belgique ? Veuillez
choisir votre réponse dans les options (suivantes) :

  1. Très défavorable
  2. Défavorable
  3. Favorable
  4. Très favorable. »

Certes, analyse l’Institut pour un Développement Durable, « même si cet énoncé précise des dimensions essentielles d'un possible revenu de base, il ne peut intégrer toute la complexité des différentes propositions sur la table. Il n'empêche que cet énoncé semble suffisant pour tester l'idée et voir comme y réagissent différentes catégories de la population. »

Voici quelques résultats de cette enquête:

  • 59% des belges sont favorables à un revenu de base ; 7% y sont même très favorables
  • il n'y a pas de différences d'adhésion à l'idée entre les genres ni entre les différents niveaux d'études
  • par contre, y sont plus favorables les jeunes (63%) que les aînés (55%) et les revenus petits et modestes (64%) que les revenus supérieurs (53%)
  • les Bruxellois sont très favorables à un revenu de base (77%), plus que les Wallons (64%) et que les Flamands (53%).

Le rapport à ce type de proposition est bien évidemment influencé par les opinions, attitudes et valeurs des répondants. C'est ainsi que

  • les gens qui se déclarent de gauche sont plus favorables à l'idée d'un revenu de base (68%) que ceux qui se déclarent de droite (51%) ; au centre ils sont 57% à adhérer à l'idée
  • ceux et celles qui estiment que le gouvernement doit réduire les différences de niveaux de revenus y sont plus favorables (61%) que ceux et celles qui ne le pensent pas (49%)
  • les personnes qui estiment que leurs revenus sont très confortables sont moins chauds (55%) à l'idée d'un revenu de base que ceux qui jugent leurs revenus insuffisants (62%) ou moyennement confortables (61%)
  • 67% des gens qui rejettent fortement l'idée que les avantages et services sociaux rendent les gens fainéants sont favorables à un revenu de base ; seuls 51% des gens qui pensent exactement le contraire y sont favorables
  • les gens qui pensent que les avantages et services sociaux conduisent à une société plus juste sont plus favorables à l'idée (62%) que ceux qui estiment le contraire (46%)
  • ceux et celles qui estiment que beaucoup reçoivent moins d'allocations que dues sont plus favorables à l'idée (61%) que ceux qui ne le pensent pas (52%)
  • les gens qui rejettent l'impression que les gens reçoivent des avantages indus sont plus favorables à un revenu de base (65%) que ceux qui la partagent très fort (52%)
  • enfin, les personnes qui se déclarent (très) religieux supportent plus l'idée (65%) que ceux qui se déclarent pas ou moins religieux (56%).

L’Institut pour un Développement Durable formule encore deux observations :

  • les questions de société très sensibles, voire polarisantes, suscitent proportionnellement plus d'opposition très forte à l'idée d'un revenu de base (7% en moyenne) ; c'est le cas des personnes qui ne pensent pas que le gouvernement doit réduire les différences de niveaux de revenus (13% y sont très défavorables), les personnes qui pensent que les avantages et services sociaux rendent les gens fainéants (18%) et que beaucoup de personnes reçoivent des avantages indus (13%) ;
  • s'il y a des différences d'adhésion entre diverses sous-catégories, on relèvera que, malgré tout, une majorité de gens est favorable à un revenu de base dans la quasi-totalité des souscatégories étudiées ici.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages