< Retour au sommaire

Un travailleur sur quatre aurait déjà abandonné ses bonnes résolutions

Repartir du bon pied pour la nouvelle année: beaucoup le disent. Et prennent de bonnes résolutions. C'est ce qu'a fait plus d’un travailleur sur cinq, indique un sondage publié par Tempo-Team. Trouver un meilleur équilibre entre vie privée et professionnelle en passant plus de temps en famille, s'inquiéter moins du travail lorsqu'on est à la maison et prester moins d'heures supplémentaires sont les résolutions les plus citées. Les mener à bien est toutefois autre chose…

D'après certaines études, le 17 janvier est le jour où les gens renoncent à leurs résolutions du Nouvel An (en anglais « Ditch your New Year’s Resolutions Day »). Pour mieux cerner ce phénomène, Tempo-Team a mené une enquête consacrée aux bonnes résolutions sur le lieu de travail. Il en ressort qu’un travailleur belge sur cinq profite de la période de fin d'année pour prendre certains engagements relatifs à son activité professionnelle et l'équilibre avec la vie privée. Mais ce comportement est nettement plus fréquent chez les salariés qui se disent moins heureux à leur travail (35%) que chez leurs collègues plus heureux (21%). Or, bien que trois travailleurs sur quatre soient persuadés que les engagements peuvent être tenus, un quart n'y parvient pas – les femmes encore moins que les hommes (respectivement un tiers environ contre 14%). En fait, un travailleur sur dix les abandonne déjà dans la première semaine de l'année. Deux semaines plus tard, ils sont près de 25% à les imiter.

Meilleur équilibre global entre travail et vie privée

S'inquiéter moins du travail (32%), prester moins d'heures supplémentaires (31%) et libérer davantage de temps pour la famille (27%) sont les trois bonnes résolutions les plus fréquemment citées par les travailleurs pour 2018 – la situation demeure donc inchangée par rapport à 2017. Ils espèrent également trouver un meilleur équilibre entre travail et vie privée (25%) et, pour 18% des personnes interrogées, demander une augmentation salariale. Ces résolutions sont clairement nécessaires: environ la moitié des travailleurs se disent fréquemment préoccupés par le boulot et un peu moins (quatre sur dix) éprouvent même des difficultés à trouver un sommeil paisible. On observe également que près d'un quart des salariés du pays sont insatisfaits de la répartition du temps entre travail et famille.

Une autre conclusion intéressante de cette étude est que les travailleurs de moins de 35 ans sont nettement plus nombreux à prendre des résolutions concernant leur carrière, contrairement à leurs collègues âgés de plus de 50 ans. Pour les respecter, un jeune travailleur sur cinq se dit prêt à suivre des séances de perfectionnement, formation continue ou recyclage, et plus d’un sur dix à essayer d'obtenir une promotion avant la fin de l'année. Chez ceux de plus de 50 ans, cela ne concerne plus que respectivement 8 et 3%. Ces travailleurs aînés voudraient en revanche se tourmenter moins pour le boulot (41% contre 24%) et consentir moins d'heures supplémentaires (24% contre 10%).

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages