< Retour au sommaire

Un travailleur sur huit s’est déjà porté malade sans l’être

Un travailleur sur huit (12%) en Belgique s’est déjà porté malade pour une raison autre que sa santé. C’est ce qui ressort d’une enquête de Securex. Deux tiers d’entre eux l’ont fait à une seule reprise et un tiers l’ont même fait à plusieurs reprises. Un membre de la famille malade, le besoin de récupération et la combinaison travail-vie privée sont les principales raisons invoquées.

Soigner un membre de la famille malade est dans 31% des cas la cause directe de ces absences pour maladie sans être malade. Demander un congé familial en cas de maladie, d’accident ou d’hospitalisation d’un membre de la famille pourrait constituer une solution, mais c’est un congé non rémunéré qui est limité dans le temps. Sans doute est-ce la raison pour laquelle certains travailleurs préfèrent se déclarer malades.

Quelque 17% des travailleurs qui se sont déjà déclarés malades bien qu’ils n’avaient aucun problème de santé ont invoqué le besoin de repos après une période chargée. Les travailleurs qui souffrent de trajets domicile-travail pénibles ou qui éprouvent des difficultés à combiner travail et vie privée constituent également 17% de ce type d’absentéisme, bien qu’il existe en principe d’autres possibilités, comme le travail à temps partiel, les horaires flexibles ou le télétravail pour pallier ce problème.

Un conflit avec des supérieurs ou des collègues, ou des problèmes familiaux tels qu’un décès, un incendie dans l’habitation et l’éducation des enfants représentent respectivement 13% et 8% des cas menant à ce type d’absentéisme. En cas de décès ou de mariage, la solution consiste à demander un petit chômage. Dans ce cas, le travailleur conserve bel et bien son salaire.

Dans 7 % des cas, le manque de motivation ou de reconnaissance au travail, et dans 6 % le refus d’un congé sont avancés comme raison d’une déclaration de maladie sans être malade.

Moins de cas dans un climat social sain

Les personnes qui travaillent dans un climat de confiance, de justice et d’inclusion se portent moins rapidement malades pour une raison autre que la santé que celles qui opèrent dans un climat social plus tendu. C’est un autre élément qui ressort de l’enquête de Securex. C’est le cas par exemple pour les travailleurs auxquels le supérieur hiérarchique accorde sa confiance (10% vs 15%), qui voient les conflits se résoudre d’une manière équitable (8 % vs 15 %) et qui ressentent une appartenance à un groupe au travail (10% vs 15%). Ces liens de causalité peuvent bien entendu être inversés : un travailleur qui se déclare malade pour de mauvaises raisons aura plus dur à gagner la confiance de son supérieur.

Le travailleur qui se sent en bonne adéquation avec son travail sera lui aussi moins enclin à ce type d’absentéisme que celui qui se sent moins en harmonie. Concrètement, cela s’applique aux travailleurs qui ont le sentiment de pouvoir être eux-mêmes dans leur travail (10% vs 15%) et dont les tâches professionnelles correspondent à ce qu’ils veulent réellement faire (9% vs 15%).

Les jeunes se déclarent le plus souvent malades sans l’être

Un jeune travailleur (moins de 25 ans) sur quatre s’est déjà déclaré ‘malade’ sans l’être. C’est deux fois plus que chez les travailleurs de plus de 25 ans (25% vs 11%). Le fait que les jeunes travailleurs se déclarent le plus souvent malades pour une raison autre que leur santé explique sans doute aussi la fréquence élevée de leurs déclarations de maladie comparé au travailleurs plus âgés. Cette nouvelle étude montre que les jeunes travailleurs se sentent moins en lien avec l’équipe que leurs collègues plus âgés (40% vs 57%). Les jeunes travailleurs considèrent en effet leur fonction du moment comme un emploi transitoire, même avec un contrat à durée indéterminée. Cela pourrait expliquer leurs déclarations de maladie plus fréquentes, y compris celles sans problèmes de santé. Ces emplois transitoires pourraient également constituer une partie d’une autre explication : les jeunes travailleurs se sentent moins en mesure d’être eux-mêmes dans leur travail que leurs collègues plus âgés (32% vs 55%).

De même, près d’un travailleur sur quatre disposant d’un contrat à durée déterminée ou intérimaire s’est déjà déclaré malade pour une raison autre que sa santé (23% vs 11%). Le moindre sentiment d’appartenance à l’équipe peut ici aussi expliquer le phénomène. Les travailleurs temporaires se sentent moins intégrés dans un groupe que leurs collègues sous contrat de durée indéterminée (48% vs 57%). Leurs tâches au travail correspondent également moins à ce qu’ils veulent réellement faire (37% vs 47%).

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages