< Retour au sommaire

Un travailleur de 42 ans n’est pas un « travailleur âgé »

En moyenne, le travailleur belge du secteur privé est âgé de 42 ans et 3 mois. C’est douze mois de plus qu’il y a cinq ans. L’an dernier, l’âge du travailleur belge moyen a augmenté moins vite qu’auparavant, à savoir de seulement 1,6 mois. Le nombre de jeunes qui commencent à travailler augmente, mais cet effet est neutralisé par le fait que les travailleurs âgés restent actifs plus longtemps.

C’est ce qui ressort des chiffres publiés par Acerta sur base de l’analyse de 238.000 contrats de travail à durée indéterminée de 23.470 employeurs des secteurs privés marchand et non-marchand. L’échantillon comprend des PME comme des grandes entreprises. L’augmentation de l’âge moyen de nos travailleurs belges du secteur privé n’est pas neuve, c’est déjà le cas depuis un certain temps, indique-t-on chez Acerta. Toutefois, les chiffres pour 2017 montrent que l’âge moyen a continué d’augmenter entre 2016 et 2017, mais moins fortement, avec une progression de 1,6 mois. Les années précédentes, cette augmentation s’élevait systématiquement à au moins 3 mois.

« Sans flux entrant ou sortant sur le marché de l’emploi, l’âge moyen du travailleur augmente logiquement chaque année de 12 mois, observe Benoît Caufriez, directeur d’Acerta Consult. Avec l’afflux de jeunes collaborateurs et la sortie des plus âgés, cela ne correspond toutefois bien entendu pas à la réalité. Si nous comparons les flux entrant et sortant, la balance penche alors ces dernières années systématiquement vers le côté plus âgé. Pour expliquer l’augmentation modérée de l’âge en 2017, nous devons examiner la part des plus jeunes et des plus âgés. La part des moins de 25 ans avait fortement diminué au cours des années 2013 à 2015. On observe encore une diminution en 2017, mais beaucoup moins substantielle qu’auparavant. De plus, la part de cinquantenaires a moins fortement augmenté en 2017, tandis que l’augmentation dans le groupe des sexagénaires est à peu près restée constante. » Si nous examinons les cinq dernières années, l’âge moyen a alors augmenté de 12 mois depuis 2013.

42 ans, ce n’est pas vieux!

L’âge moyen des travailleurs était de 42,29 ans en 2017. La médiane indique 43 ans, ce qui suggère une répartition des âges assez régulière. Néanmoins, comment interpréter cet âge? « Avec une carrière de 40 ans, le travailleur moyen de 42 ans se trouve environ à la moitié de sa carrière active, c’est la réalité, analyse-t-il. 20 ans passés et 20 ans à venir. Voici qui confirme ce que nous affirmons depuis quelque temps: une personne de 42 ans n’est pas un travailleur plus âgé. Elle a encore 20 ans d’activité professionnelle en perspective. Cette notion devrait suffire à en faire une deuxième partie très prometteuse. Miser sur les forces du collaborateur, évaluer régulièrement avec les collaborateurs moins jeunes s’ils peuvent eux aussi encore mieux mettre à profit leurs talents, les rémunérer correctement... Cela vaut la peine d’y travailler davantage, avec 20 autres années à décompter. »

Attention: les aides seniors ont plus de 46 ans

L’âge moyen des travailleurs n’est pas le même partout. Le secteur non marchand est plus âgé que le secteur marchand: 44,07 ans contre 41,23 ans. Au sein de la commission paritaire 318 des aides familiales et seniors, l’âge moyen actuel s’élève même à 46,26 ans. « La demande de personnel pour les soins aux personnes âgées, les hôpitaux, les écoles, etc. augmente. C’est justement là que l’âge moyen est le plus élevé et que des personnes partiront donc plus rapidement. Il ne suffira pas d’assurer la faisabilité du travail pour que les collaborateurs puissent y mener à terme leur carrière. Dans le non-marchand, plus qu’ailleurs, il est important d’attirer des personnes (plus) jeunes. »

Les ouvriers sont 18 mois plus âgés que les employés

Les ouvriers sont en moyenne plus âgés que les employés (43,22 ans contre 41,61 ans) et leur âge moyen a augmenté de près de 15 mois ces 5 dernières années (contre +10,6 mois pour les employés). Les principaux secteurs concernés par cette moyenne d’âge plus élevée que les 42 ans sont ceux du textile, du transport et de la logistique, de la métallurgie, du nettoyage et de l’industrie chimique.

Rematching à tous les âges

Pour les entreprises, il est plus intéressant de garder un œil sur le ratio expérience/potentiel plutôt que de s’arrêter à l’âge. Auparavant, l’accent était mis sur une adéquation optimale entre un profil et un candidat au moment du recrutement. Dorénavant, le matching devra s’opérer de façon régulière. « Nous parlons ici d’un REmatching continu des personnes et des tâches, conclut Benoît Caufriez. La carrière des travailleurs ne suivra plus une seule ligne droite. Il est nécessaire de matcher en permanence les tâches et les personnes, car les tâches, tout comme les personnes et leur situation, évoluent. À l’heure actuelle, il est d’ailleurs conseillé à l’embauche de se détacher du match parfait pour une fonction précise. Dans cet état d’esprit, les personnes inexpérimentées accèderont plus facilement au marché du travail et les personnes actives y joueront également plus longtemps un rôle précieux. » Plus que par le passé, les employeurs devront donc consacrer une attention particulière à leurs travailleurs plus âgés et continuer de jouer sur leurs forces par le biais de la formation et du rematching vers d’autres fonctions. »

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages