< Retour au sommaire

Un nombre croissant de jeunes salariés bénéficient d’une voiture de société

Le nombre de voitures de société ne cesse de croître: près d’un employé sur cinq disposerait de cet avantage. La progression se marque dans toutes les catégories d'âges, mais davantage encore chez les jeunes salariés. Confirmation: le programme « cash for car » ne semble pas rencontrer beaucoup de succès.

Le nombre de salariés bénéficiant d’une voiture de société a augmenté de 21,8% en l’espace de trois ans, d’après les chiffres collectés par Attentia auprès de 150.000 salariés belges. En 2018, près de 29% des employés belges disposent désormais d’une voiture de société (contre 24,68% en 2015). Ce pourcentage est sensiblement moindre du côté des travailleurs ouvriers: seuls 2% d’entre eux ont aujourd’hui droit à une voiture de société en guise d’avantage extra-légal.

Ce sont les entreprises du Brabant wallon qui arrivent en tête: 40,55% des salariés y disposent d’une voiture de société. De même, les sociétés situées en province de Namur se montrent généreuses (avec 39%), suivies par les entreprises bruxelloises (35,9%). En Flandre, le Brabant flamand (28,7%) et Anvers (25,29%) affichent les scores les plus élevés. Cela s’explique en partie par le fait que les salaires, à Bruxelles et à Anvers, sont souvent un rien plus élevé que dans le reste du pays. Les entreprises ont dès lors tendance à proposer plus aisément une voiture de société en guise d’avantage extra-légal. Les salariés qui travaillent dans ces deux villes doivent généralement venir de loin. Les sociétés disposant d’une implantation en Flandre occidentale sont celles qui mettent le moins souvent une voiture de société à disposition (13,28%). Si l’on prend comme référence le lieu d’habituation des salariés, les provinces qui arrivent en tête sont celles du Brabant wallon (32,59%), du Brabant flamand (28%) et de Namur (26%). En Flandre, le nombre de voitures de société par lieu de résidence est le plus bas en province de Limbourg (15,94%) et, une fois encore, en Flandre occidentale (16,05%).

Davantage de jeunes, moins éloignés


Si l’on s’intéresse à la catégorie d’âge, on constate une augmentation dans toutes les catégories. Néanmoins, c’est le groupe des jeunes salariés (20-29 ans) qui affiche la plus forte progression en termes de pourcentage. On y relève une augmentation de pas moins de 48% entre janvier 2015 et janvier 2018. Dans ce groupe d’âge, les hommes et les femmes sont quasiment à égalité en matière de possession d’une voiture de société tandis que l’on remarque une nette différence entre hommes et femmes dans les tranches d’âge 40-49 ans et 50-59 ans. La différence y est respectivement de 5% et de 7%. L’écart s’est toutefois légèrement résorbé depuis 2015.

Autre élément marquant: les jeunes salariés disposant d’une voiture de société habitent plus près de leur lieu de travail (la distance moyenne est de 12 kilomètres). D’une manière générale, les distances parcourues avec une voiture de société sont plus courtes. En 2015, les salariés parcouraient encore 20 kilomètres, en moyenne, pour se rendre à leur travail. En 2018, la distance moyenne domicile-travail (avec voiture de société) est tombée à 16 kilomètres. Cette diminution est essentiellement le fait des jeunes salariés (20-39 ans).

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages