< Retour au sommaire

Un collaborateur sur dix de nos entreprises est free-lance

Du fait de pénuries persistantes sur le marché de l'emploi, les entreprises rencontrent des difficultés croissantes à trouver des collaborateurs adéquats. C'est une des raisons pour lesquelles 97% des entreprises font appel à des free-lances. Une étude montre que nos entreprises font nettement plus que dans les pays voisins une distinction entre les free-lances et les collaborateurs permanents.

Seules trois entreprises belges sur dix (28,8%) disposent pour eux d'une politique des RH adaptée. Moins de quatre entreprises belges sur dix (37,5%) évaluent les free-lances selon le même processus que les collaborateurs permanents. Ces chiffres sont très différents de ceux rapportés pour l'Allemagne, la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. C’est ce qui ressort d’une enquête internationale menée par le prestataire de services RH SD Worx et l'Antwerp Management School.

Près de quatre entreprises belges sur dix (37,5%) ne font aucune distinction dans leur politique des RH entre les collaborateurs permanents et les free-lances, indique une enquête internationale menée par SD Worx et l’Antwerp Management School. Dans les autres pays européens soumis à l'enquête (Allemagne, France, Pays-Bas et Royaume-Uni), cette part est encore plus élevée (elle va jusqu’à 50,4% aux Pays-Bas). Une organisation belge sur trois (34%) a uniquement une politique des RH pour les collaborateurs permanents. Près de trois entreprises belges sur dix (29%) ont une politique des RH distincte pour les free-lances.

Évaluations, feed-back et formations

Un peu plus d'un tiers des entreprises belges (37,5%) évaluent leurs free-lances selon le même processus que leurs collaborateurs permanents. Cette part est nettement inférieure à celle observée dans les autres pays de l'enquête, où près de deux tiers des entreprises (63%) ne font aucune distinction entre le personnel permanent et les free-lances dans le processus d'évaluation. Il en va de même du feed-back au sujet des prestations: 53% des entreprises belges ne font pas de distinction entre les collaborateurs permanents et les free-lances dans le cadre de ce processus, contre en moyenne 71% dans les autres pays.

Les entreprises belges investissent aussi moins que les autres pays dans leur personnel free-lance. Moins de quatre free-lances sur dix (39%) se voient offrir des formations spécifiques par leur entreprise, un chiffre qui est nettement supérieur au Royaume-Uni (54,5%), en France (49%) et en Allemagne (48%). Les Pays-Bas affichent par contre un score encore inférieur pour ce critère (34%).

Moins impliqués dans la culture d'entreprise

Six entreprises belges sur dix (61%) tentent d'intégrer les free-lances dans leur culture d'entreprise et leur manière de travailler. Ce pourcentage est légèrement inférieur à celui des autres pays étudiés (68% en moyenne). L'implication des free-lances dans les activités organisées pour le personnel permanent, comme les fêtes d'entreprise, est en outre plutôt limitée dans notre pays (54%). Dans les autres pays, on relève un score d'en moyenne 68% pour ce critère.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages