< Retour au sommaire

Trop faible recours à certaines formes flexibles d’organisation du travail

Selon les chiffres 2014 d’Eurostat, la Belgique sous-utilise fortement certaines formes flexibles d’organisation du travail par rapport à la moyenne des pays européens, observent les experts de la FEB. L’enquête d’Eurostat examine notamment l’importance du travail à temps partiel, du travail temporaire, de l’occupation pendant le week-end, du travail de nuit, du travail en équipe et de l’occupation à domicile.

Alors que 17,2% des travailleurs belges travaillent le samedi et 9,9% le dimanche, cette proportion concerne un quart des travailleurs de l’UE 15 pour le travail du samedi et près de 15% pour le travail du dimanche, analysent Annick Hellebuyck et Alice Defauw du Centre de Compétence Emploi et Sécurité sociale de la FEB. Nos trois pays voisins se rapprochent nettement de cette moyenne européenne. Les Pays-Bas, par exemple, surclassent la Belgique haut la main, avec un taux de 27% pour le travail du samedi et de 18,2% pour le dimanche.

Le travail la nuit est également moins répandu dans notre pays. Il concerne 3% des travailleurs face à 6,9% en moyenne dans nos pays voisins et 6,7% dans l’UE. Il en va de même pour le travail en équipe où la proportion s’élève à 7% en Belgique par rapport à plus du double en moyenne dans l’UE et à 12,8% dans la moyenne de nos pays voisins. Les emplois temporaires (8,6%) sont eux aussi moins répandus chez nous que dans les pays voisins (15%).

Le travail à temps partiel, par contre, est déjà très largement répandu en Belgique (23,7%) par rapport à la moyenne UE-15 (22,9%), mais les Pays-Bas restent les champions en la matière, avec un taux de 49,7%, suivis par l’Allemagne (26,5%). Le travail à domicile, généralement dans le cadre du télétravail, s’est quant à lui fortement diffusé parmi les travailleurs belges (4,5%), même si cette proportion reste modeste. La moyenne des travailleurs à domicile dans l’UE-15 s’élève à 2,8%, et dans les 3 pays voisins à 3,4%.

Pour la FEB, beaucoup d’efforts doivent être menés afin d’assouplir la réglementation belge concernant ces différentes formes flexibles d’organisation du travail. « Il est grand temps que les mentalités évoluent vers plus d’agilité dans l’organisation du travail, sous peine de manquer des opportunités pour notre économie nationale. »

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages