< Retour au sommaire

Travailler jusque 67 ans (et plus): comment relever le défi de l’allongement des carrières?

C’est acquis : nous allons tous devoir travailler plus longtemps pour compenser les effets du vieillissement de la population. L’Académie d’été des ressources humaines, organisée fin août, s'est attelée à éclairer les enjeux RH associés à l’allongement des carrières, à établir une boîte à outils pour aider les directions RH à mener ce chantier et à dégager des orientations pour le politique et les partenaire sociaux. Compte-rendu complet dans HR Square n°7 (novembre-décembre 2015).

Dans tous les pays d’Europe et en particulier la Belgique, l’activité des travailleurs plus âgés fait face à une série de mécanismes désincitatifs et d’obstacles qui appellent un vaste ensemble de réformes. Le gouvernement Michel a déjà pris une série de mesures: augmentation des âges d’accès à la prépension individuelle et collective selon diverses modalités, relèvement de l’âge légal de la pension à 66 ans en 2025 et à 67 ans en 2030, réforme des crédit-temps pour travailleurs âgés… Les possibilités de partir en retraite anticipée sont par ailleurs progressivement rendues plus strictes. 

On savait déjà ce que les syndicats en pensent, mais qu’en disent les DRH? Jusqu’ici, les entreprises se sont montrées très peu proactives face à la question de l’allongement des carrières et pour le moins frileuses dans la mobilisation du potentiel de main d’œuvre que représentent les plus âgés. En cause: une forme de discrimination non avouée, mais également des politiques salariales pénalisantes, des législations strictes en faveur de la protection de l’emploi, des approches de qualité de vie au travail et de développement de l’employabilité durable trop timides, notamment.

L’heure n’est plus à l’immobilisme: il faut passer en mode action sur de multiples fronts et, surtout, imaginer de nouvelles solutions dans toute une série de domaines RH. Et, si possible, orienter les décisions politiques pour les rendre plus pertinentes et adaptées aux réalités vécues sur le terrain. Plus globalement, c’est une nouvelle gestion des ressources humaines prenant mieux en compte la diversité des âges et des générations et donnant du sens au travail tout au long de la vie qu’il convient de construire.

Des mesures drastiques 

Sur le modèle des « universités d’été », l’Académie d’été des ressources humaines mise sur pied par HR Square et l’ADP Bruxelles-Brabant, avec le soutien de Claeys & Engels, SD Worx, Galilei, HR Public, l’ADP Hainaut et Jobat, a réuni, quelques jours avant la fin des vacances d’été, un panel d’intellectuels, de chercheurs et de praticiens pour approfondir la compréhension des enjeux, échanger des idées et imaginer des solutions. L’ambition au fil de ces 2 journées était triple: éclairer la problématique d’autres perspectives, établir une boîte à outils pour répondre au défi d’allonger les vies professionnelles et dégager des orientations pouvant guider le monde politique et les acteurs sociaux dans leurs propres initiatives.

« En 2011, le Forum de la FEB s’interrogeait sur comment garder les 50+ actifs plus longtemps. Aujourd’hui, nous réfléchissons à comment maintenir les gens au travail jusque 65, 66, voire même 67 ans, pointe André Leclercq, président de l’Académie d’été. On voit donc que la prise de conscience s’est accélérée: l’objectif européen d’atteindre un taux d’emploi de 73% en 2020 ne pourra jamais être atteint si l’on ne prend pas une série de mesures contraignantes, drastiques et pas toujours populaires. »

D’autant que nous vivons de plus en plus vieux : « L’idée a longtemps été que les progrès allaient buter sur un plafond. Or, l’espérance de vie continue de progresser, y compris dans les pays où elle est la plus élevée. » La hausse attendue de l’espérance de vie à la naissance sur la période 2013-2060 atteint en moyenne 2,1 mois par an pour les hommes et 1,4 mois par an pour les femmes. L’espérance de vie à la naissance atteint ainsi, en 2060, respectivement 86,1 ans et 88,4 ans (contre 77,6 et 82,8 ans en 2012). « À 60-65 ans, la plupart des ‘seniors’ sont aujourd’hui encore en pleine forme. Être ‘vieux’ est une convention sociale et culturelle avant d’être une réalité biologique. »

L’ambition de faire travailler les gens jusque 67 ans risque d’être rapidement dépassée par de nouvelles réalités. « Toutes les 5 secondes, aux Etats-Unis, un baby-boomer a 50 ans, illustre André Leclercq. Le succès d’un certain nombre d’entreprises a été dû à des facteurs démographiques. Mais ces facteurs changent aujourd’hui et toute l’économie va devoir prendre en compte l’explosion du nombre de seniors. C’est une grande première dans l’histoire de l’humanité et les entreprises, à travers leurs politique de gestion des ressources Humaines, vont également devoir s’adapter à cette nouvelle donne. En tant que DRH, il était donc urgent de réfléchir IN et OUT of the box à des solutions. »

Lisez le compte-rendu complet des exposés et des débats de l’Académie d’été des ressources humaines dans l’édition n°7 de HR Square (novembre-décembre 2015). Demandez un numéro d’essai gratuit à Jens Ottoy ou prenez contact par téléphone au 02/515.07.60. Pour devenir membre du réseau HR Square et ne manquer aucune de nos éditions, contactez Nathalie Dierickx. L’adhésion à HR Square vous permet de bénéficier de l’accès à l’intégralité du contenu en ligne.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages