< Retour au sommaire

Robotisation et numérisation: huit employeurs sur dix prévoient une perte globale d’emplois malgré plus d’embauches

Près d’un employeur sur deux pense que l’impact de la robotisation et la numérisation se manifestera déjà d’ici trois à cinq ans. C’est ce qui ressort d’une enquête effectuée par Acerta auprès de 469 CEO et membres de la direction. Si l’embauche de compétences est au programme, des licenciements le sont également avec cette conclusion: globalement, des emplois seront perdus.

Quelque 79% des CEO devront engager des nouvelles recrues. La numérisation et la robotisation offrent des possibilités d’embaucher de nouveaux collaborateurs suite à une augmentation de la production et du besoin de compétences spécifiques. Parallèlement, 8 CEO sur 10 affirment que la numérisation les obligera à licencier plus de 5% de leur personnel, alors que moins de 6 CEO sur 10 tablent sur plus de 5% de nouveaux engagements. Globalement, des emplois seront donc perdus.

L’étude montre que les entreprises tiennent compte de la numérisation. Les CEO pensent que l’impact se fera le plus ressentir dans le secteur de l’industrie (42%), puis dans le secteur des banques et des assurances (38%) et enfin dans le secteur tertiaire (35%). 47% estiment que l’impact de la quatrième révolution industrielle ne se fera ressentir sur leur propre organisation que d’ici 3 à 5 ans, voire dans plus de 5 ans pour 41% d’entre eux.

Ordinateurs et robots devraient reprendre un nombre croissant de tâches. Il ressort clairement de l’enquête que les CEO estiment que cette automatisation aura un impact sur le nombre global actuel des travailleurs. D’après eux, cadres (3%), employés administratifs (21%), employés de production (25%) et ouvriers (16%) sentiront cet impact tandis que 35% ne prévoient aucun impact sur l’occupation. Les CEO estiment tout de même qu’ils devront chercher du personnel. 79 % d’entre eux déclarent que cette évolution entraînera des embauches supplémentaires, contre 21% d’avis contraires.

Augmentation des tensions sur le marché du travail

Les frais salariaux en hausse, la concurrence et le renouvellement des produits assurent la volonté d’évolution des CEO. Ceux-ci reconnaissent l’impact de la robotisation sur leur politique du personnel. Ils y voient une occasion de réagir à la pénurie sur le marché de l’emploi et le flux sortant de travailleurs plus âgés. Toutefois, ce nouveau paysage demande une mise à jour en profondeur du cadre législatif actuel concernant le Travail faisable et maniable.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages