< Retour au sommaire

Régis Mulot, VP HR de Staples: "Sortons du cadre étroit de l’entreprise!"

C’est un ruban de machine à écrire brisé alors que la papeterie locale était fermée qui a donné au fondateur de Staples l’idée de créer un supermarché de fournitures de bureau. Aujourd’hui, cette entreprise américaine en compte 1.800 dans le monde. De détaillant classique, elle se place désormais au quatrième rang des acteurs de l’e-commerce aux Etats-Unis. Executive Vice-President HR du groupe basé à Boston, Régis Mulot explique les enjeux RH liés à la transformation digitale.

Né il y a une trentaine d’années dans la périphérie de Boston, Staples offre une gamme d’articles et de services de bureau et, plus largement, tout le nécessaire pour travailler, depuis le mobilier jusqu’aux luminaires, en passant par les équipements pour magasins. Ce géant employant aujourd’hui quelque 78.000 personnes dans 25 pays est l’inventeur du concept de « supermarché des fournitures de bureau », largement copié depuis. Le plus gros des activités consiste à simplifier le quotidien des firmes de toutes tailles : aux Etats-Unis, pas moins de neuf firmes sur dix sont clientes de Staples. Mais le modèle est aussi accessible aux particuliers. C’en est même devenu un rituel : à chaque rentrée des classes, les écoliers américains se rendent dans leur magasin Staples pour y remplir leur cartable… et s’en procurer un nouveau, le cas échéant.

Surtout active en Amérique du Nord, l’entreprise emploie par ailleurs 8.000 collaborateurs en Europe. Elle se déploie également en Asie, en particulier en Chine, en plus d’une présence en Australie, en Nouvelle-Zélande ou encore en Amérique du Sud. Son plus gros défi ne réside toutefois pas tant dans l’expansion géographique, que dans la pénétration de la sphère virtuelle. « Partout et dans tous les secteurs, les distributeurs ont dû faire face au développement des entreprises de commerce en ligne, confie Régis Mulot. Bien sûr, nous n’avons pas attendu leur succès pour investir dans l’e-commerce. Sans avoir les moyens d’un Amazon, nous avons été parmi les pionniers aux Etats-Unis. Aujourd’hui, si les gens nous connaissent encore surtout pour nos magasins, nous sommes devenus la quatrième plus grosse société d’e-commerce du pays, derrière Amazon, Apple et Walmart. Loin derrière Amazon, certes, mais avec une bien meilleure rentabilité… »

Cette évolution dans les activités de Staples n’est pas sans défi au plan RH. « Une partie de l’entreprise se positionne comme un distributeur traditionnel, à l’image de Delhaize ou de Carrefour, par exemple. Mais l’autre partie est une structure e-commerce devant faire face à des concurrents souvent petits, très agiles, à la pointe des technologies et s’adressant à un public ayant des comportements de consommation différents. L’enjeu consiste donc pour nous à optimiser ces deux réseaux - la vente en magasin et la vente en ligne - et à les combiner - ce que l’on qualifie de distribution ‘omnichannel’ - pour satisfaire le client n’importe où, n’importe quand et par n’importe quel canal. »

Lisez l’intégralité de l’interview que nous a accordé Régis Mulot dans HR Square n°5, édition juillet-août. Demandez un numéro d’essai gratuit à Jens Ottoy ou prenez contact par téléphone au 02/515.07.60. Pour devenir membre du réseau HR Square et ne manquer aucune de nos éditions, contactez Nathalie Dierickx.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages